Une économie verte pour parvenir à la croissance durable des PED à faible revenu : le cas d’Haïti

par Philippe Simon

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Michel Salmon.


  • Résumé

    La croissance a été longtemps présentée comme un élément vital pour l’amélioration du bien-être économique et sociale des citoyens des PED à faible revenu. Cependant, les contraintes de croissance à long terme posent à nouveau le problème d’utilisation des ressources naturelles à bon escient. Or, la revue de littérature n’aborde pas jusqu’à présent les aspects spécifiques d’une économie alternative capable de contribuer à la croissance durable des PED à faible revenu sans nuire à l’environnement. Depuis son indépendance, Haïti n’est pas épargné par de nombreux bouleversements d’instabilité politico-socio-économiques. Contrairement aux autres pays de la région, les changements d’ordre environnemental (changement climatique, désertification et raréfaction de l'eau, érosion de la biodiversité), influence fortement la croissance économique d’Haïti. Bien qu’elle soit un pays très faiblement émetteur de GES, ses émissions ont crû de 57% entre 1994 et 2000, la population et le PIB ont augmenté respectivement de 1.9% et de 4%, une croissance du PIB insuffisante pour répondre aux besoins de la croissance démographique. Haïti a connu une croissance économique peu diversifiée, centrée principalement sur la production de biens primaires strictement nécessaire à la consommation locale. Ce travail repose sur un modèle de croissance à travers lequel les secteurs agricoles haïtiens sont considérés comme les principaux facteurs de croissance durable. Nous utilisons les travaux de Mouysset (2014) et Mouysset et al. (2013) qui évaluent l’efficacité des politiques publiques agricoles à l’aide d’un modèle bioéconomique et les travaux de Fisher et Christopher (2006) dans l’objectif d’analyser les principaux indicateurs de la détérioration de l’environnement dans les PED à faible revenu. Nous apportons une analyse synthétique des réflexions théoriques sur la protection de l’environnement, la croissance verte et la pauvreté afin de mieux appréhender les modèles de croissance favorable à la croissance durable des PED à faible revenu. Les analyses des données nous a permis de montrer qu’une croissance bioéconomique dans les PED à faible revenu est susceptible de freiner les effets négatifs de la croissance sur l’environnement et d’acquérir les compétences nécessaires de la démarche vers le développement durable. En effet, l’économie verte est la meilleure façon de comprendre les caractères généraux et les mesures efficaces de développement durable d’une économie sans porter atteinte à l’environnement. Il a été démontré que le faible niveau du revenu des habitants influence négativement la dégradation de l’environnement.

  • Titre traduit

    A Green Economy in order to Obtain Sustainable Development for Developing Countries : the Case of Haiti


  • Résumé

    Economic development was for a long time presented as a vital element for the improvement of the socio-economic well being of the citizens of developing countries. Yet, the constraints on long term growth pose anew a problem in regards to the astute consumption of natural resources. However, literary review has yet to broach specific aspects of an alternative economy capable of contributing to durable economic development, in developing countries, without harming the environment. Since its independce Haiti has not been spared from any number of political, social and economic instabilities. Contrairy to other countries in the region, the environmental changes (climate change, desertification and the increasing sarcity of water, and the erosion of the biodiversity) strongly influences the economic growth of Haiti. Though the country is a minor producer of Greenhouse Gas Emmissions, the emmissions increased by 57% between 1994 and 2000 ; the population and GDP increased respectively by 1.9% and 4%. The growth in GDP is not sufficient enough to respond to the needs of growth in population. Haiti is acquainted with an economic development hardly diversified, principally centered around the production of the basics, strictly limited to local consumption. This work is based on a model for economic development through which Haitian agricultural sectors are considered the pricipal factors in durable development. The work focuses on the works of Mouysset (2014) and Mouysset and al. (2013) which evaluate the efficiency of public agricultural policies with the aid of a bioeconomic model ; and the works of Fisher and Christopher (2006) with the objective of analyzing the pricipal indicators of environmental deterioration in developing countries. The work provides a general analysis on theoritical reflections on the protection of the environment, green development, and poverty, in order to better understand the models of development favorable to the durable growth of developing countries. An analysis of the data demonstrates that bioeconomic development in developing countries is likely to slow down the negative effects of said development on the environment and to acquire the necessary competences for the move towards durable growth. In fact, a green economy is the best way to understand the general characteristics and efficient measures of the durable development of an economy without harming the environment. It has been demonstrated that the low income of inhabitants influences the degradation of the environment.