De la diffusion des plateformes numériques urbaines à la ville « à la carte » ? Opportunités, limites et réalités du modèle de l'usager-producteur à Detroit

par Aida Apedo

Projet de thèse en Aménagement de l'espace, Urbanisme

Sous la direction de Mustafa Dikec et de Jonathan Rutherford.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de VTT - Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec LATTS - Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés (laboratoire) et de RIT - Réseaux, institutions et territoires (VTT) (equipe de recherche) depuis le 03-10-2016 .


  • Résumé

    Exploitées par les industriels et institutionnalisées dans le sens de l'open data, lesdonnées des usagers ont contribué à la multiplication des technologies de l'information et dela communication (TIC) dans les stratégies d'urbanisme et à la montée du rôle central del'individu usager-consommateur et coproducteur d'espace urbain (Coutard and Rutherford,2013; Hollands, 2008; Vanolo, 2014). Peu traitées dans les corpus de lasmart cityquis'intéressent aux innovations produites dans le cadre d'une gouvernance forte, les entreprisesdu numérique ont profité de la connectivité accrue des sociétés pour transformer l'expérienceurbaine et devenir des acteurs urbains à part entière. Au niveau technique, l'agencementd'acteurs issus de milieux sociaux et professionnels différents mobilisés autour de laréalisation d'un service s'opère via une plateforme. Terme polysémique qui désigne à la foisl'infrastructure numérique, l'espace de mise en relation decontributeurs et la manière dontces entreprises se présentent aux publics (Gillespie, 2010), la plateformesemble se diffusercomme technique et comme référence de l'action urbaineet porte plusieurs innovations. Jem'intéresse à cet objet technique qui a permis l'émergence de nouveaux acteurs et aux enjeuxliés à la diffusion des systèmes qui favorisent les relations consommateur à consommateurou directement entre producteur (Baraud-Serfaty, 2011)produisant une «ville à la carte»résultant de choix rationnel des individus. Ce conceptemprunté à l'analysed'IsabelleBaraud-Serfatides cycles de privatisation urbaine, vient questionner l'émergence durecentrage sur l'usager (Baraud-Serfaty, 2011).Variante plus générale de la ville « post-réseau » d'Olivier Coutard et de Jon Rutherford, il invite à porter une attention particulièreau réseau des acteurs et aux stratégies déployées:« Ces nouvelles modalités d'intervention des acteurs privés sont importantes à décrire, pourelles-mêmes : celui qui veutpiloter la fabrique urbaine doit déjà savoir qui y contribue. Maiselles sontégalement à la fois la cause et le révélateur des nouvelleslogiques de productionurbaine qui sont à l'oeuvre : lafabrique de lavis ne se fait plus de la même manièrequ'avant. » (Baraud-Serfaty, 2011 ; p160).En déplaçant le regard du dispositif technique vers les « lieux » où se matérialisent lesnouvelles pratiques et s'opère la reconfiguration sociotechnique, ma recherche vise à ouvrirla boîte noire de ce phénomène et à en repérer les effets concrets sur l'orientation del'aménagement du territoire et sur la conception collective de la solidarité urbaine (Coutard12et Rutherford, 2013). La référence au modèle urbaindans le titre place le curseur entre utopieet idéologie et remet en questionle caractère hégémonique des TIC dans l'action urbaine enreplaçant les plateformes étudiées dans leur contexte, c'est-à-dire, le domaine dans lequelelles opèrent à une échelle marginale. L'étude des discours, représentations et imaginaireset la manière dont ils sont mobilisés dans la diffusion de la technique (Flichy, 2001, 2012;Trompette et Vinck 2009) croisée avec l'analyse territoriale cherchent à donner uneépaisseur sociologique, culturelle, historique et politique à l'étude des mutations observées.Il s'agit d'éviter la tentation du déterminisme technologique dans lequel les concepteurs sontprompts à nous amener en faisant la promotion d'une logique «problem-solving»(Morozov, 2013). Le but de la thèseest d'interroger le sens que prend la conquête desterritoires des nouveaux acteurs numériques de l'urbain au regard de théories de l'espacecomme mode de pensée politique. Politique au sens de générateur de conflit« political» etde création d'un ordre« politics» (Dikeç, 2012).

  • Titre traduit

    Digital platforms, from an urban solution to a city "à la carte"? Opportunities, limits and realities of prosumer model in Detroit


  • Résumé

    Civic crowdfunding is considered as the latest evolution of participatory, it aims to finance public projects through the participation of a large number of contributors on the Internet. Tania Aida Apedo's Phd thesis focuses on online crowdfunding platforms as a innovative and technical tool for alternative urban development based. It focuses also on the actors network, discourses mobilized and political dimensions. In doing so, the thesis is closely related to critical works in Media and Technologies studies and the disruption effect of technology. This thesis proposes to study civic crowdfunding as a digital tool that produce urban space in the material world and a new vision of inclusive cities. By analyzing the trajectories and variations of selected platforms in both countries with different consideration on bottom up projects, this research projects questions processes of creation and adoption of an innovation in different contexts. This thesis explore civic crowdfunding as an innovation (financial, technical, social and spatial) that challenges the traditional ways of making the city.