ENTRE PROJET ET RECHERCHE, TRAJECTOIRES ROSSIENNES DANS L'ENSEIGNEMENT DE L'ARCHITECTURE EN FRANCE ET EN SUISSE AUTOUR DE 1970.

par Julien Correia

Projet de thèse en Architecture

Sous la direction de Estelle Thibault et de Cristiana Mazzoni.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de VTT - Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec IPRAUS - Institut Parisien de Recherche Architecture Urbanistique Société (laboratoire) depuis le 01-12-2016 .


  • Résumé

    L'interrogation initiale porte sur les parallélismes et interactions entre d'une part, le mouvement de réforme engagé en France dès 1965, conduisant de l'éclatement de la section architecture de l'Ecole des beaux-arts à la création des unités pédagogiques et d'autre part, les transformations de l'enseignement de l'architecture à l'Ecole polytechnique fédérale de Zürich (ETHZ). Dans les années 1960, plusieurs étudiants français et suisses motivés par un désir de renouvellement partent étudier quelques temps en Italie, notamment à l'Institut Universitaire d'Architecture de Venise. Lors de son passage à l'ETHZ autour de 1970, Aldo Rossi, sollicité par de jeunes assistants, notamment Bruno Reichlin et Fabio Reinhart, a placé l'analyse des types bâtis et des morphologies urbaines au centre de sa pédagogie. Si certains de ses anciens étudiants devenus célèbres, comme Jacques Herzog et Pierre de Meuron, revendiquent un héritage qui aurait profondément marqué l'architecture suisse contemporaine, quelques français (Xavier Fabre, Thierry Roze et Benoît Carrié) ont également suivi son enseignement avant de devenir eux-mêmes enseignants. Dans quelle mesure ont-ils transposés certains dispositifs, comment ces échanges se sont-ils pérennisés grâce à la circulation de certains enseignants de part et d'autres des frontières (Bernard Huet, Diego Peverelli, Henri Bresler…) ? Comment ces réorientations pédagogiques interagissent-elles avec l'émergence de la recherche architecturale et urbaine, tant en Suisse qu'en France? Comment les hypothèses italiennes visant à constituer un savoir architectural ont-elles réorienté l'enseignement et, de là, les pratiques de l'architecture? En ciblant tout particulièrement sur le rôle des élèves et collègues d'Aldo Rossi, il s'agit de saisir dans quelle mesure les propositions théoriques issues d'une culture architecturale et urbaine italienne ont contribué à infléchir non seulement les contenus, mais également les modalités de l'enseignement, installant des interactions nouvelles entre les pratiques naissantes de recherche et la formation au projet.

  • Titre traduit

    BETWEEN PROJECT AND RESEARCH, ROSSIAN PATHS IN ARCHITECTURE TEACHING IN FRANCE AND SWITZERLAND AROUND 1970.


  • Résumé

    The initial question concerns the parallels and interactions between, the reform movement initiated in France in 1965 leading to the collapse of the architecture section of the Ecole des beaux-arts and to the creation of the Unités Pédagogiques d'Architecture, and the changes in the teaching of architecture at the Federal Institute of Technology Zurich (ETHZ). In the 1960s, several French and Swiss students motivated by a desire for renewal went study some time in Italy, notably at the University Institute of Architecture of Venice. During his time at the ETH around 1970, Aldo Rossi, asked by young assistants, including Bruno Reichlin and Fabio Reinhart, placed the analysis of built types and urban forms at the center of his teaching. If some of his former students became famous such as Jacques Herzog and Pierre de Meuron, claim an inheritance that would have profoundly influenced contemporary Swiss architecture, some French (Xavier Fabre, Thierry Roze and Carrie Benedict) also followed his teaching before becoming teachers themselves. How did they transposed certain devices, how are these exchanges perpetuated through the movement of some teachers across the border (Bernard Huet, Diego Peverelli Henri Bresler ...)? How these teaching shifts do they interact with the emergence of architectural and urban research, both in Switzerland and in France? How the Italian assumptions to constitute an architectural knowledge have reoriented the teaching and from there, the architectural practices? By targeting specifically on the role of students and colleagues of Aldo Rossi, it is to grasp how the theoretical proposals from an Italian architectural and urban culture have helped to influence not only the content but also the teaching modes, installing new interactions between emerging practices of research and the project training.