Les dramaturgies spatiales et politiques de l'occupation d'un sol.

par Marie Menant

Projet de thèse en Architecture

Sous la direction de Jacques Fol.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de École doctorale Ville, Transports et Territoires (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne ; 2015-....) , en partenariat avec ACS XIXème-XXème Siècle - Architecture, Culture, Société XIXe-XXIe siècles (laboratoire) depuis le 02-01-2017 .


  • Résumé

    Intitulé « Les dramaturgies spatiales et politiques de l'occupation d'un sol », ce projet de thèse s'intéresse à la traduction d'un dispositif politique en dispositif spatial, des conditions de son possible exercice, tout autant que celles de sa possible déprise. L'étude de la traduction spatiale de ce type d'injonction, autoritaire ou contestataire, consisterait à interroger la dimension structurante des dispositifs spatiaux dans les nouvelles formes contemporaines d'« occupation des sols » ; occupations dites informelles ou marginales, au rang desquelles s'observent différentes typologies : - Camps, bidonvilles (campements de réfugiés ou de déplacés auto-organisés), - Zones d'Autonomie Temporaire (campements auto-gérés), - Mouvement des places du Printemps Arabe et Occupy (espace public urbain), - Les villes défaites ou ruinées (Athènes, Détroit, Nouvelle-Orléans...).   Au delà des motifs d'émergence insurrectionnelle qui les distinguent, comment ces nouvelles formes d'habiter le territoire rendent-elles compte d'un nouvel état du monde et d'une possible recomposition d'alternatives ? Aussi, quelles méthodologies spontanées participent à l'élaboration de structures communes ? Comment à travers elles, s'organisent de nouvelles formes hétérodoxes d'économie ? Enfin, de quelle manière ces figures performatives d'altérité radicale invitent-elles à repenser les logiques normalisatrices des formes architecturales et urbaines ? Enfin, quels nouveaux instruments de pensée, de création et de production accompagnent ces processus de réaffirmation de l'hospitalité, dans la convocation d'autres récits et d'autres imaginaires ? Il s'agit là d'un changement radical de positionnement, non moins que d'une redéfinition des termes du contrat social et politique de l'architecture, comme dispositif d'établissement des êtres humains dans le monde.

  • Titre traduit

    Spatial dramaturgy and policies of the occupation of a ground.


  • Résumé

    Entitled "Spatial dramaturgy and policies of the occupation of soil," this PhD project focuses on the translation of a political system in spatial arrangement, the conditions of its exercise possible, as well as its possible abandonment. The study of the spatial translation of this type of injunction, authoritarian or protest would be to examine the structural dimension of spatial features in the new contemporary forms of "zoning"; called informal or marginal occupations, among which are found different types: - Camps, slums (refugee camps or displaced self-organized) - Autonomy Zones Temporary (self-managed camps) - Seats Movement of the Arab Spring and Occupy (public space) - The defeats cities or ruined (Athens, Detroit, New Orleans ...). Beyond the emergence of insurgency patterns that distinguish them, how these new forms of inhabiting the territory they realize a new world order and a possible reorganization alternatives? Also, what spontaneous methodologies involved in developing common structures? How through them, organize new forms of heterodox economics? Finally, how these figures of performative radical otherness they invite to rethink normalizing logic of architectural and urban forms? Finally, what new instruments of thought, creation and production accompany these processes reaffirmation of hospitality, in the convening of other stories and other imaginary? This is a radical change of positioning, no less than to redefine the terms of the social and political contract of architecture, as device for establishing human beings in the world.