La Musique comme arme de résistance : le Funk dans la Favela de Rocinha à Rio de Janeiro (Brésil) et le Rap dans la Cité des Minguettes à Vénissieux (France)

par Gaëlle Simon

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Jorge P. Santiago.


  • Résumé

    Mes travaux portent sur les pratiques musicales dans des contextes urbains spécifiques que sont les Favelas, plus précisément celle de Rocinha à Rio de Janeiro, et les Banlieues, ici celle des Minguettes, à Vénissieux dans l'agglomération lyonnaise. J'étudie alors les transformations importantes dans lesquelles sont plongés les deux quartiers étudiés qui entraînent dans une certaine mesure des phénomènes de gentrification et je m'intéresse ainsi aux rapports de dominations (sociaux, raciaux, religieux et de genres) dans ces contextes d'importantes transformations et aux résistances qui sont mises en places face aux nouveaux phénomènes de marginalisation et de domination qui pénètrent aujourd'hui ces terrains. Et ces résistances se mettent alors en place notamment à travers la musique et la pratique musicale du Funk et du Rap. Il s'agit alors dans cette thèse d'approndir nos connaissances sur les rapports de domination en s'intéressant plus spécifiquement au dominé, en plaçant le dominé au centre de l'analyse et en lui donnant ainsi également un rôle d'agent de sa propre situation avec ainsi un pouvoir de résistance. L'agentivité du dominé et ses armes de résistances seront donc ici le centre de notre recherche à travers des concepts notamment comme le "hidden transcript" et les "weaks weapons" de James Scott.

  • Titre traduit

    Music as a weapon for resistance : the Funk Music in the Favela of Rocinha in Rio de Janeiro (Brésil) and The Rap Music in the Suburb Les Minguettes in Vénissieux (France)


  • Pas de résumé disponible.