Influences on Dual-Process Ethical Decision-Making and the Development of Moral Automaticity

par Clark Warner

Projet de thèse en Sciences de gestion


Sous la direction de Marion Fortin.

Thèses en préparation à Toulouse 1 , dans le cadre de École Doctorale Sciences de Gestion TSM (Toulouse) , en partenariat avec TBS Research Centre (Toulouse) (laboratoire) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    Cette thèse en trois articles examine les forces qui orientent notre comportement vers une direction plus ou moins éthique. Le premier article est une revue, co-écrite avec Marion Fortin et Tessa Melkonian. En tenant compte des modèles à double processus, nous avons collecté des études qui isolaient explicitement ou implicitement le traitement via une pensée délibérative ou intuitive, et nous avons examiné quels facteurs supplémentaires modéraient chaque processus lorsqu'il était utilisé pour prendre des décisions éthiques. Notre examen aboutit à la catégorisation de ces influences et à un guide pour des orientations futures de la recherche. En particulier, nous pensons que notre nouvelle taxonomie aidera les chercheurs à reconnaître des construits similaires émergeant de différentes disciplines, et à identifier plus facilement ceux qu’ils pourraient inclure dans leurs études, que ce soit en tant que facteurs modérateurs ou de contrôle. Principalement inspiré du modèle neuro-cognitif de Scott Reynolds sur le processus de décision éthique, le deuxième article teste l'hypothèse selon laquelle de nouveaux événements, associées à des incitations, peuvent rapidement conduire à un comportement automatique, même pour des décisions de gestion complexes. Dans deux expériences, les individus manipulés à plusieurs reprises par une incitation à rejeter des documents frauduleux, dans une simulation de gestion d’entreprise, étaient beaucoup plus susceptibles, comparé au groupe contrôle, de sacrifier une récompense et de continuer ce comportement dans une simulation ultérieure, lorsqu'ils décidaient intuitivement. De plus, dans la deuxième expérience, les personnes initialement incitées à accepter des documents frauduleux étaient également beaucoup plus susceptibles, que le groupe témoin, de sacrifier une récompense pour continuer leur comportement contraire à l'éthique. L'article final se penche sur le fait de savoir si forcer stratégiquement la délibération avant la décision renforce le processus de développement de l'automaticité. Il compare les prédictions des modèles de Reynolds, celui nommé “action, résultat et valeur” de Fiery Cushman, puis celui des predictions liées à la mémoire de Smith et Decoster. Il nous éclaire sur le fait que la délibération préalable, au moins lorsqu'elle est forcée, semble perturber le processus de développement de l'automaticité, conduisant à des niveaux inférieurs de sacrifice d'une récompense par rapport aux groupes témoins correspondants. Les résultats de ces expériences a) renforcent le pouvoir de l'intuition dans la prise de décision éthique, b) remettent en question l'idée que l'automaticité ne se développe que par des processus à long terme, et c) montrent comment la délibération peut perturber le processus de développement de l'automaticité. Sur le plan pratique, elles peuvent éclairer les programmes de formation à l'éthique dans les entreprises et les écoles en fournissant des conseils sur la façon de générer ce type de comportement éthique automatique qui pourrait réduire les actes illicites dans les entreprises.


  • Résumé

    This three-article dissertation examines forces that influence our behavior in either a more or less ethical direction. The first paper is a review, co-authored with Marion Fortin and Tessa Melkonian. Taking dual-process models into account we collected studies that explicitly or implicitly isolated processing to either deliberative or intuitive thought and examined what additional factors moderated each process when used to make ethical decisions. Our review results in a categorization of such influences, and guidance on future directions for research. In particular we believe that our new taxonomy will help researchers identify similar constructs emerging from different disciplines and more easily identify what constructs they need to include in their studies whether as moderating factors or controls. Inspired largely by Scott Reynolds’ neurocognitive model of the ethical decision-making process, the second article tests the hypothesis that novel experiences, coupled with incentives, may rapidly lead to automatic behavior, even for complex business decisions. In two experiments, individuals manipulated via an incentive to repeatedly reject fraudulent documents in a business simulation were significantly more likely than controls to sacrifice a reward and continue that behavior in a subsequent simulation when deciding intuitively. Additionally, in the second experiment, those initially given an incentive to accept fraudulent documents were also significantly more likely than controls to sacrifice a reward to continue their unethical behavior. The final article examines if strategically forcing deliberation prior to a decision will strengthen the process of developing automaticity. It compares the predictions of Reynolds’s model and Fiery Cushman’s action outcome and value framework with the predictions of Smith and Decoster’s memory linked dual-process model. It finds that prior deliberation, at least when coerced, seems to disrupt the process of developing automaticity, leading to lower levels of later sacrificing a reward than corresponding control groups. The results of these experiments reinforce the power of intuition in ethical decision-making, challenge the notion that automaticity develops only through long term processes, and show how deliberation can disrupt the process of automaticity development. On the practical side they may inform ethics training programs in both businesses and schools by providing guidance on how to generate the type of automatic ethical behavior that could reduce corporate malfeasance.