Le parler occitan des pêcheurs sur le littoral méditerranéen français : étude linguistique et édition numérique d'un corpus de documents oraux 

par Alice Champollion

Projet de thèse en Etudes occitanes

Sous la direction de Herve Lieutard.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec RESO: Recherches sur les Suds et les Orients (laboratoire) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    Après rencontre de plusieurs pêcheurs nous avons pu établir que nombre d'entre eux, entre quarante-cinq et soixante-dix ans, utilisent encore quotidiennement l'occitan provençal qu'ils ont acquis par transmission familiale. Cette population constitue donc une réserve linguistique que ne laisse pas soupçonner cette génération. En effet, le nombre de locuteurs natifs estimé actuellement en France baisse de façon significative depuis que la transmission familiale a cessé et de fait, la classe d'age supposée avoir gardé l'occitan vieillit. Ce critère générationnel est néanmoins parfois contredit par des pratiques de classes d'ages identiques situées à l'intérieur d'un espace professionnel, sportif ou festif. Ainsi, pour l'occitan, l'étude des pratiques linguistiques en diachronie doit être pondérée par une étude diastratique. C'est ce qui m'a donné l'idée d'un approfondissement de ces premières recherches, en réalisant l'urgence de recueillir et d'étudier la langue des pêcheurs sur le littoral méditerranéen. L'hypothèse est qu'il existe une communication liée à des pratiques professionnelles. Autrement dit : cette communauté, définie par le travail de la pèche sur l'espace du littoral occitanophone, développe des similitudes phonétiques et lexicales, absentes des parlers de l'arrière-pays. Une partie concernera le collectage de témoignages et de données, la transcription phonétique et l'analyse de la langue, puis la mise à disposition numérique de ce travail.

  • Titre traduit

    The occitan language of the fishermen on the French Mediterranean coast


  • Résumé

    After meeting with several fishermen, we have determined that quite a number of them, between 45 and 70 years old, still speak the Provence Occitan language that has been transmitted to them within the family circle. This population is a linguistic reserve that is by and large unsuspected. The assumption is that there is a communication form associated with professional practices. In other words this community - defined by fishing along the Occitan-speaking coastline - has developped common phonetic and lexical features that do not exist in the languages of the hinterland. Part of the study will focus on collecting evidence and data, phonetic transcription and analysis of the language, before making this work available in digital format.