Pronostic à long terme des sujets infectés par le VIH1

par Sophie Novelli

Projet de thèse en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Laurence Meyer.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Santé Publique , en partenariat avec Centre de recherche en Epidemiologie et Santé des Populations (laboratoire) , VIH/Pédiatrie (Epidémiologie et évaluation des stratégies de prise en charge : VIH, reproduction, pédiatrie) (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-01-2017 .


  • Résumé

    Il existe un débat sur l'existence d'un vieillissement « accéléré » des personnes infectées par le VIH ; le rôle respectif du VIH ou de ses conséquences en termes d'inflammation et de métabolisme, et des molécules antirétrovirales est inconnu. Des disparités socio-économiques et des différences liées au style de vie pourraient être des facteurs tout aussi importants de morbidité. A notre connaissance, aucune étude n'a permis d'évaluer si, à situation sociale comparable, l'état de santé des patients infectés par le VIH, notamment des personnes ayant une infection virologiquement contrôlée, est le même que pour la population non infectée. L'objectif est d'étudier le pronostic à long terme traités depuis la primo-infection VIH-1. 1/ comparé à des patients traités plus tardivement, sur différents paramètres virologiques, immunologiques, inflammatoires, métaboliques et cliniques 2/ comparé à une population de sujets non-infectés, issus de la cohorte généraliste Constances, sur des paramètres généraux de santé, en prenant en compte l'âge, l'origine culturelle, le contrôle immunovirologique de l'infection par le VIH sous traitement ainsi que les conditions socioéconomiques respectives, le mode de vie et les comportements des personnes.

  • Titre traduit

    Long term prognosis in HIV-1 infected subjects


  • Résumé

    The thought that HIV infection is associated with accelerated aging is debated. Direct effects of the virus or its inflammatory and metabolic consequences, as well as the side effects of treatments are still unknown. Socioeconomic status and lifestyle differences could also be major factors of morbidity. To our best knowledge, no study has assessed if, adjusting for social situation, the health status of HIV-infected patients, in particular those with a persistent viral response, is the same as the health status of non-infected patients. We aim to study long-term prognosis of patients who initiated antiretroviral therapy during primary HIV-1 infection. 1/ compared with patients treated from the chronic phase of HIV infection : comparison of virological, immunological, inflammatory, biological and clinical markers. 2/ compared to non-infected participants of the 'generalist' Constances cohort : comparison of broad health indicators, taking into account age, origin, response to treatment, socioeconomic status and lifestyle behaviors.