Étude de la réponse adaptative au niveau rénal après exposition chronique à de faibles concentrations d'uranium ou de fluor: identification des voies de signalisation impliquées lors d'expositions in vivo ou in vitro

par Alice Bontemps

Projet de thèse en Toxicologie

Sous la direction de Yann Gueguen.

Thèses en préparation à Paris Saclay en cotutelle avec Centro de Investigación y de Estudios Avanzados del Instituto Politécnico Nacional , dans le cadre de Innovation thérapeutique : du fondamental à l'appliqué , en partenariat avec LRTOX - Laboratoire de radiotoxicologie expérimentale (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 03-10-2016 .


  • Résumé

    Les sources d'exposition aux faibles concentrations d'agents internes (radionucléides ou autres substances chimiques) sont multiples, d'origine naturelle ou générées par l'activité humaine. Les résultats expérimentaux dernièrement obtenus à l'IRSN après exposition à de faibles concentrations d'uranium montrent que les effets biologiques non-cancéreux au niveau rénal ne suivent pas une relation linéaire mais entraineraient une réponse avec seuil de type adaptatif. De tels effets ont également été observés lors d'exposition chronique à d'autres substances néphrotoxiques, de nature chimique très différente telle que le fluor (F-). Le rein est l'un des principaux organes cibles de la toxicité induite par les xénobiotiques du fait de ses fonctions de filtration, transport et réabsorption de substances chimiques qui possède une capacité importante de compensation fonctionnelle ou moléculaire. L'objectif de ce projet de recherche est de mettre en évidence la réponse adaptative au niveau rénal et d'investiguer les mécanismes impliqués dans cette réponse. Ces études seront effectuées via des études in vitro sur des cellules rénales humaines et in vivo chez un modèle animal (rongeur) lors d'une exposition chronique à faibles concentrations d'uranium.

  • Titre traduit

    hronic exposure at low concentration of uranium or fluoride : study of the renal adaptive response and identification of molecular pathways involved while in vivo or in vitro exposures.


  • Résumé

    Uranium exposure can be caused by natural sources or it can be generated by human activity. Based on past experiments done by IRSN, renal exposure to low-concentrated uranium reveals an adaptive response. Other nephrotoxic agents as fluoride triggers comparable effects on the renal system. The aim of this project is to bring to light and study the renal adaptive response to uranium exposure and to find the molecular pathways involved in this response. To do so, in vitro and in vivo experiments will be done using renal human cells and rodent models exposed to low concentrations of uranium.