Le Livre de la Guérison" d'Ibn Khaldûn "Shifa' al-Sâ'il li-Tahdhîb al-Masâ'il" : traité éthique sur la loi musulmane (shari’a), loi morale (fiqh al-bâtin) du combat dans l’âme (jihad al-nafs), commentaire et nouvelle traduction d’après le manuscrit conservé à Princeton

par Francoise Bienfait-aureal (Bienfait)

Projet de thèse en Langues et litteratures etrangeres

Sous la direction de Floréal Sanagustin.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) , en partenariat avec Interactions, corpus, apprentissages et représentations (Lyon, Rhône) (equipe de recherche) depuis le 10-10-2016 .


  • Résumé

    La requalification en traité éthique (philosophie morale et philosophie de la religion plus que soufisme) vient de la leçon du manuscrit conservé à Princeton servant de base à notre nouvelle traduction, et inconnu en 1991, date de La Voie et la Loi (pour nous : Le Livre de la Guérison, titre abrégé plus proche de l’original : La guérison de celui qui est en quête de la résolution des questions morales, shifa' al-sâ'il li-tahdhîb al-masâ'il). Le titre annonce l'approche transversale de l'auteur, la guérison du corps et de l'esprit dans la tradition de la médecine de l'âme, le mot étant en philosophie et dans le Coran (17:82) descendu à titre de guérison (shifa'). Ibn Khaldûn fonde sa réflexion sur la loi morale de la chari'a (notre traduction de fiqh al-bâtin), la quête du salut (najât) et de la rectitude (istiqâma) qui sont les combats spirituels (mujâhadat) de l'affinement des mœurs et de la moralité (makârim al-akhlâq). Il s'exprime en philosophe et non en théologien du Hadith de Jibrîl (deuxième des Quarante de Nawâwi)pour définir les stations spirituelles (maqâm al-islâm, al-imân, al-ihsân) autour de la notion de wara' (crainte révérencielle de Dieu traduite par conscience morale en termes philosophiques). Il dévoile de lui la figure méconnue du sage parvenu à un stade de l’existence où se résolvent les grandes questions dont l’une, dit-il, n'a cessé de l'obséder : la liberté, condition de la responsabilité religieuse. La guérison qu’il propose est donc avant tout la sienne, dans ce texte fondamental dans l'histoire des idées morales en Islam, dans la lignée de Muhâsibî dont il se réclame (auteur d'un des premiers traités d’éthique et développement personnel en Islam).


  • Pas de résumé disponible.