Biens publics, coopération intragroupe et le problème d'action collective.

par Romain Fayat

Projet de thèse en Sciences Économiques

Sous la direction de Guillaume Cheikbossian.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de EDEG - Economie Gestion , en partenariat avec LAMETA - Laboratoire Montpelliérain d'Economie Théorique et Appliquée (laboratoire) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    On observe dans la vie de tous les jours, et ce depuis tout temps que les individus agissent en groupes. Il est aussi commun d'observer que ces groupes s'affrontent, et cela pour plusieurs raisons, et de diverses façons. Il semble que ces conflits de groupes aient régi l'histoire humaine tant en terme de conflits entre civilisations, pays, mais aussi entre groupes sociaux. Dans la littérature économique il a fallu attendre Olson (1965) et The logic of collective action pour s'intéresser au phénomène de groupe. L'idée d'Olson est qu'il n'est pas rationnel pour un individu de contribuer à l'action collective du groupe, il aurait tout intérêt à se comporter en passager clandestin. À savoir, ne pas participer à l'action collective tout en cherchant à obtenir les bénéfices de celles-ci (profitant de la contribution des autres membres.) De ce fait, Olson prédit que les actions collectives sont vouées à disparaitre sauf si les groupes mettent en place des mécanismes incitatifs individuels pour prévenir du comportement de passager clandestin. Une autre partie de la littérature économique exprimant des cas de recherche de rente ou de conflits entre groupes utilise l'hypothèse comportementale d'Olson pour analyser les contributions des membres de chacun des groupes. Ces modèles sont intéressants pour représenter des conditions de victoire d'un groupe sur l'autre, mais encore pour analyser de manière économique les situations de conflits. Et c'est ce que nous souhaitons faire au cours de ce projet. Cependant, au cours de notre travail nous allons prendre en considération des hypothèses comportementales nouvelles. En effet, en économie (comportementale, expérimentale), en biologie, et en anthropologie les scientifiques montrent qu'à l'intérieur de groupe les individus coopèrent et contribuent à l'effort du groupe sans qu'il y ait de mécanismes incitatifs à l'intérieur de ceux-ci. L'on retrouve d'autant plus ce type de comportement intragroupe lorsque des groupes sont en conflits. Ainsi, le fil rouge de notre thèse est la relation entre conflits intergroupe et la coopération intragroupe. Au cours de notre projet nous allons tenter de développer théoriquement et empiriquement des réponses à des questions telles que, par exemple : comment les individus coopèrent à l'intérieur d'un groupe ? Cette question nous amènera à nous intéresser à des mécanismes intragroupes qui font en sorte que les individus aient intérêt à coopérer et comment ces mécanismes jouent sur les conditions de victoire d'un groupe. Une autre façon de voir cette première problématique est de s'intéresser aux individus eux-mêmes et de se demander pourquoi ils coopèrent ? Une autre question qui s'intéresse toujours aux mécanismes intragroupes sera plus d'ordre politique. L'idée est de savoir par quel processus politique un groupe est plus efficace dans une situation conflictuelle. Est-ce qu'il faut une décision unilatérale qui « force » les individus à agir dans l'intérêt du groupe ? Est-ce qu'il faut accorder à tous les individus le même poids dans le processus de décision qui détermine les contributions des membres ? L'intérêt de se poser ces questions c'est d'appréhender le rôle du processus décisionnel sur les conditions de victoire d'un groupe. Enfin, une autre idée est de s'intéresser, cette fois, aux caractéristiques à l'extérieur des groupes et s'interroger sur l'influence de ces caractéristiques tant sur les conflits entre groupes, mais encore sur la coopération intragroupe. Plus précisément, il s'agit de s'intéresser de manière détaillée aux conditions économiques et sociales qui amènent à des situations de conflits entre groupes et comment ces conditions influencent la coopération des membres à l'intérieur d'un groupe ?

  • Titre traduit

    Public goods, within-group cooperation and the collective action problem


  • Résumé

    Through time, and within their daily lifes, individuals have organized themselves within-groups. It is usually observed that groups are in confrontation, and it for several reasons and of diverse manners. It seems that these conflicts of groups governed the human history through conflict between civilizations, nations and social groups. In the economic literature the first author really interested in group's action was Olson in 1965 with The logic of collective action. The main idea of Olson is, if an individual is rational he doesn't contribute to the collective action. According to Olson he should behave as a free-rider. Namely, do not participate in the collective action while trying to obtain the profits of this (benefiting the contributions from the other members.) Therefore, Olson predicts that collective actions will disappear unless groups do not prevent the free rider problem in setting up individual incentive mechanisms. Another part of the economic literature expressing rent-seeking actions or in a general way conflict between groups uses the Olson's behavioral hypothesis to analyze contributions from each member of each group. These models are interesting to represent winning conditions of one group on the other one, but still to analyze in an economic way the situations of conflicts. And it is what we wish to do during our thesis. However, during our work we are going to take into account new behavioral hypotheses. Indeed, in economy (behavioral, experimental), in biology, and in anthropology the scientists show that in groups, individuals cooperate and contribute to the collective action without any incentive mechanisms inside these. This kind of behaviour is more usual when there is between-groups conflicts. The red thread of our thesis is the relationship between within-group cooperation and between-group conflicts.During our project we will try to answers (in empirical and theorical ways) to questions such as, for example: How do individuals cooperate in a group? This question will bring us to question within-group mechanisms, how they incite individuals to cooperate and how these mechanisms impact group's winning conditions. In other terms, this question will give an understanding of personal cooperation. Another question which is always about within-group mechanisms could be more political orderly. The idea is to know by which political process a group is more effective in a conflict. Does one need a unilateral decision which « forces » individuals to act in group interest? Is it necessary to give to all individuals the same weight in the process of decision which determines the members'contributions? The interest of these questions is to identify the role of the decision-making on the group's winning condition. Finally, another idea is to be interested, this time, on the extern characteristics of the groups and question how they influence between-group conflict and within-group cooperation. More precisely, it will research in greater depth economic and social conditions which bring up between-group conflicts and how these conditions influence the between-group cooperation.