Mapping métabolique de fluides biologiques en réponse à l’usage illégal d’hormones gonadiques et hypophysaires chez l’animal de production

par Mickael Doué

Thèse de doctorat en Chimie analytique

Sous la direction de Gaud Dervilly-Pinel.

Thèses en préparation à Nantes, Ecole nationale vétérinaire , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé Nantes-Angers depuis le 18-10-2011 .


  • Résumé

    L’utilisation de facteurs de croissance en élevage bovin, dans le but d’améliorer les performances zootechniques, est prohibée au sein de l’Union Européenne (Directive 96/22/CE et Décision 1999/879/CE). Si un contrôle performant de l’usage des hormones stéroïdes synthétiques est aujourd’hui assuré par les laboratoires européens, le recours à des promoteurs de croissance endogènes (estradiol, testostérone et rbGH) demeure toutefois un défi pour les scientifiques et une problématique actuelle puisque de telles pratiques sont au premier rang des suspicions d’usage pour les composés interdits au regard des statistiques européennes. Dans ce contexte, des approches intégratives à l’interface des domaines de la chimie analytique de pointe et du retraitement avancé des données par techniques statistiques multivariées ont été évaluées dans le cadre de cette thèse. Celles-ci s’appuient notamment sur la génération de profils métaboliques (paramètres biochimiques sanguins et stéroïdome) perturbés par l’administration de facteurs de croissance. Ces stratégies ont permis d’établir des modèles statistiques de dépistage discriminant les échantillons provenant d’animaux traités et non-traités et d’identifier de nouveaux biomarqueurs. Parallèlement, de nouvelles méthodologies ont été évaluées afin d’améliorer l’efficacité de la détection des facteurs de croissance en productions animales. Ainsi, plusieurs technologies de préparations d’échantillons et d’analyses comme les polymères à empreintes moléculaires (MIP), la chromatographie en phase supercritique (SFC) et la spectrométrie de masse ambiante (ASAP et DART) ont été développées et optimisées.

  • Titre traduit

    Metabolomic profiling of biological fluids in response to the use of pituitary and gonadal hormones in animal production


  • Résumé

    The use of growth factors to improve zootechnical performances in rearing animals is prohibited within the European Union (Directive 96/22/EC and Decision 1999/879/EC). Although efficient strategies to detect synthetic hormones are available at the EU level, the detection of endogenous growth factors (rbGH, estradiol and testosterone) misuse remains a challenging task and issue for the community since these compounds are currently at the forefront of suspected use according to the European statistics. In this context, integrative approaches which lie between analytical chemistry and advanced data processing using multivariate statistical techniques were evaluated. They are based on generating metabolic profiles (blood biochemical parameters and steroidome) disrupted by the administration of growth factors. This strategy succeeded to establish statistical models allowing the discrimination between samples from treated and non-treated animals and the identification of new biomarkers. In parallel, new analytical methods were evaluated to improve the detection of growth factors misuse in animal production. Thus, several sample preparation and analysis techniques such as molecularly imprinted polymers (MIP), supercritical fluid chromatography (SFC) and ambient mass spectrometry (ASAP and DART) were developed and optimized.