Traitement précoce des bronchopneumonies infectieuses bovines avec une dose réduite de marbofloxacine

par Guillaume Lhermie

Thèse de doctorat en Recherche clinique

Sous la direction de Henri Seegers.

Thèses en préparation à Nantes, Ecole nationale vétérinaire , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé Nantes-Angers depuis le 02-01-2012 .


  • Résumé

    L’usage des antibiotiques en médecine vétérinaire peut conduire à la sélection de bactéries résistantes, potentiellement transmissibles à l’homme. Notre étude consistait à évaluer en conditions de terrain l’efficacité d’un traitement précoce des bronchopneumonies infectieuses (BPI) bovines avec une dose réduite de marbofloxacine, ainsi que ses impacts sur la quantité d’antibiotiques consommée et sur la sélection de bactéries résistantes de la flore commensale digestive. Des approches contrôlées, in vitro et sur modèle animal (souris et veau), ont permis de valider l’efficacité d’une dose réduite et de déterminer ses conditions d’utilisation. Pendant l’étude de terrain, les bovins étaient équipés de dispositifs permettant de suivre l’évolution de leur température ruminale, dont l’augmentation peut signer le début d’un épisode infectieux. Par rapport à la dose de 10 mg/kg recommandée par le fabricant, un unique traitement précoce avec 2 mg/kg de marbofloxacine, avant l‘apparition des signes cliniques, permet de réduire la consommation globale d’antibiotique à l’échelle du lot d’animaux, malgré l’augmentation du nombre de traitements administrés. Quelle que soit la dose, l’impact de la marbofloxacine sur la sélection de bactéries commensales s’est révélé limité chez le veau et le jeune bovin. In fine, nos travaux mettent en évidence à travers le cas des BPI, la possible réduction de l’usage des antibiotiques en médecine bovine. Pour ce faire, le développement d’une médecine vétérinaire de précision, associant outils de monitoring et de diagnostic avec des protocoles médicamenteux ajustés, devra être encouragé.

  • Titre traduit

    Early treatment of bovine respiratory disease with a decreased marbofloxacin regimen


  • Résumé

    The use of antibiotics in veterinary medicine may lead to selection of resistant bacteria, potentially transmissible to humans. Our study aimed at assessing under field conditions the effectiveness of early treatment of bovine respiratory disease (BRD) with a reduced dose of marbofloxacin, and its impact on (i) the amount of antibiotics consumed, and (ii) the selection of resistant commensal bacteria in the digestive tract. Preliminary experimental studies (in vitro and in animal models - mice and calf) allowed to validate the effectiveness of a reduced dose and to determine its conditions of use. During the field study, cattle were monitored using devices measuring their ruminal temperature, which increase constitutes an early sign of disease. In comparison with the administration of the 10 mg/kg dose recommended by the manufacturer, a unique early treatment with2 mg/kg marbofloxacin, before the onset of clinical signs, did reduce overall antibiotic consumption at the batch or farm level, despite an increase in the number of administered treatments. Whatever the dose, the impact of marbofloxacin on selecting commensal bacteria proved limited in calves and young cattle. Finally, our work highlights through the case of BRD, the possible reduction of the use of antibiotics in bovine medicine. To achieve this, the development of a veterinary precision medicine, combining monitoring and diagnosis tools with adjusted medication protocols, should be encouraged