Risque d'hémopathies malignes induites suite au traitement du cancer du sein en France : Etude à partir des données du SNIIRAM.

par Marie joëlle Jabagi

Projet de thèse en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Rosemary Dray-spira et de Norbert Vey.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Santé Publique , en partenariat avec ANSM - Direction scientifique et de la stratégie européenne, PME épidémiologie (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    Contexte: L'amélioration de la prise en charge d'un cancer a permis une augmentation significative de la survie suite à un premier cancer. On s'intéresse à deux cancers pour lesquels ces deux constats sont vrais. Le cancer du sein et le cancer de la prostate qui ont un taux d'incidence élevé, un taux de mortalité faible et une survie à 5ans de plus de 85%. Cependant une conséquence inattendue de l'amélioration de cette survie, c'est le développement d'hémopathies malignes secondaires. Ces complications d'origines iatrogène nous préoccupent car elles présentent une morbidité assez lourde et une survie très faible. Une quantification du risque de survenue de ces complications suite au traitement, l'identification des risques associés et l'évaluation de la leucémogénicité des différentes modalités thérapeutiques est nécessaire. Objectif : Investiguer le risque de survenue d'hémopathies malignes et de leucémies secondaires au traitement d'un cancer du sein ou de la prostate en France de 2007 à 2015, selon les différentes modalités de traitement du cancer Méthodes : Etude observationnelle, de cohorte, à partir des données de remboursement exhaustives de l'Assurance Maladie (SNIIRAM). Le SNIIRAM contient les données complètes et détaillées sur le parcours de soin de tout les bénéficiaires d'une couverture maladie obligatoire en France soit 65 millions de personnes. Résultats attendus : Ces résultats permettront d'optimiser la prise en charge et le suivi d'un cancer primaire afin de prévenir et de réduire la survenue d'Hémopathies malignes secondaires.

  • Titre traduit

    Risk of marrow neoplasm after therapy for breast cancer and prostate cancer in France: a population-based cohort study.


  • Résumé

    Background: Following the improvement in outcomes and survival of many cancers treated with chemotherapy and radiotherapy a growing number of secondary marrow neoplasm (t-MN) is being observed. A complete ascertainment and follow-up is necessary to estimate the risk of occurrence of these treatment-associated complications and to evaluate the leukemogenecity of the different therapeutic modalities. Methods: This cohort study will examine the MN and leukemia frequency in patients treated for breast cancer or prostate cancer in France from 2007 to 2015 based on the National Health Insurance databases (SNIIRAM). Expected results: These results will help optimize the management and monitoring of a primary cancer in order to prevent and reduce the occurrence of secondary marrow neoplasm.