Méthodologie et interprétation cytologique du lavage bronchoalvéolaire chez le cheval Trotteur Français : prévalence des affections respiratoires profondes et association avec les performances

par Marianne Depecker

Thèse de doctorat en Recherche clinique

Sous la direction de Anne Couroucé-Malblanc.

Thèses en préparation à Nantes, Ecole nationale vétérinaire , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé Nantes-Angers depuis le 02-11-2012 .


  • Résumé

    La maladie inflammatoire des voies respiratoires profondes (MIVRP) et l’hémorragie pulmonaire induite à l’exercice (HPIE) sont des causes fréquentes de contreperformance chez les chevaux. Le lavage bronchoalvéolaire (LBA) est un outil diagnostique sensible ; cependant, les multiples possibilités de réalisation ont un impact incertain sur l’interprétation, et les valeurs seuil de pourcentages cellulaires ne sont pas consensuelles. Les objectifs du projet étaient de 1) déterminer l’influence de la méthodologie du LBA et des critères diagnostiques utilisés sur les profils cytologiques et le diagnostic posé, 2) déterminer la prévalence, l’association avec les performances et l’incidence de l’HPIE et la MIVRP sur une population de Trotteurs Français à l’entraînement. Deux études prospectives (138 et 30 chevaux) et une étude longitudinale (15 chevaux) ont été réalisées. Le volume instillé pour le LBA influe significativement sur les proportions de neutrophiles. Les profils cytologiques (MIVRP et HPIE) ne sont pas équivalents entre les poumons, et des seuils restreints pour la MIVRP augmentent le risque d’erreur diagnostique si un seul poumon est prélevé. Une valeur seuil pour le diagnostic cytologique d’HPIE a également été validée. La prévalence de l’HPIE est de 37%, et n’a pas d’impact sur les performances dans la population étudiée. La MIVRP concerne 57 à 94% des chevaux selon les seuils cytologiques utilisés, avec un taux de neutrophiles >10% significativement associé à de la contre-performance sur la saison de course. L’incidence de l’HPIE a significativement augmenté au cours de la saison, contrairement à celle de la MIVRP, justifiant la pertinence du suivi longitudinal.

  • Titre traduit

    Methodology and cytological interpretation of bronchoalveolar lavage in French Standardbred racehorses : prevalence of lower airway disorders and association with performance


  • Résumé

    Inflammatory airway disease (IAD) and exerciseinduced pulmonary haemorrhage (EIPH) are commonly reported causes of impaired performance in racehorses. Bronchoalveolar lavage (BAL) is a sensitive diagnostic tool; however, multiple procedures are described for its realisation, and the impact on subsequent interpretation is currently unknown. Also, cut-off values used for the different cell proportions are still not consensually accepted. The objectives of the scientific project were to 1) determine the influence of BAL methodology and diagnostic criteria on both cytological profiles and diagnosis obtained, 2) determine the prevalence, association with performance and incidence of EIPH and IAD in a population of French Standardbreds in training. Two prospective observational studies (respectively 138 and 30 horses) and one longitudinal study (15 horses) were performed. The volume instilled for performing BAL significantly influenced neutrophil percentages. Cytological profiles (IAD and EIPH) were found not to be equivalent between lungs, and the use of restraint cut-off values for IAD increased the odds of establishing an incorrect diagnosis if one lung only was sampled. A cut-off value for cytological diagnosis of EIPH has also been validated. The global prevalence of EIPH was 37%, and had no impact on performance in the studied population. IAD was reported in 57 to 94% of horses depending on the cytological cut-off used; neutrophil proportions >10% were also significantly associated with impaired performance over the racing season. The incidence of EIPH significantly increased throughout the season, unlike IAD, then justifying the relevance of longitudinal follow-up.