Étude des effets des auto-anticorps anti-récepteurs β1– et β3–adrénergiques sur le système cardiovasculaire chez le rat Lewis

par Elodie Montaudon

Thèse de doctorat en Biologie, Médecine, Santé

Sous la direction de Mohamed Yassine Mallem.

Thèses en préparation à Nantes, Ecole nationale vétérinaire , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé Nantes-Angers depuis le 22-10-2012 .


  • Résumé

    Des études menées chez l’Homme ont montré que les auto-anticorps anti-récepteurs β1–adrénergiques (RA–β) (AAC–β) participent, via leur action agoniste, à la pathogénie de la cardiomyopathie dilatée (CMD). D’autres travaux ont également montré la présence d’AAC–β3 dans le sérum de patients atteints de CMD, mais leur rôle physiopathologique a très peu été exploré jusqu’à présent. Le premier objectif de cette thèse a donc été d’étudier l’effet fonctionnel des anticorps anti-RA–β3 (AC–β3), anticorps produits chez le rat mais présentant des caractéristiques similaires aux AAC–β3 détectés chez les patients. Ainsi, par des études in vitro de contractilité, nous avons révélé l’effet cardio-dépresseur des AC–β3. En outre, nos précédents travaux avaient montré que l’immunisation des rats pendant 3 mois contre les RA–β1 induisait une dysfonction endothéliale, suggérant également une action des AAC–β au niveau vasculaire. Ainsi, le deuxième objectif de ce travail a été de déterminer l’impact de l’immunisation active chronique de rats Lewis (3 et 6 mois) contre les RA–β3 seuls ou combinés aux RA–β1 sur la fonction cardiaque et sur la réactivité vasculaire. Les résultats ont montré que l’action à long terme des AC–β1 et –β3 se traduisait par l’apparition d’une dysfonction systolo-diastolique associée à un remodelage de l’expression des RA–β cardiaques. Au niveau vasculaire, les AC–β1 induisent une altération de la vasorelaxation β–adrénergique alors que les AC–β3 l’améliorent via l’augmentation de l’expression des RA–β et de NO synthase endothéliale. Enfin, mes travaux ont permis d’évaluer l’effet in vivo de l’immunisation passive aigue des AC–β1 et –β3 sur la fonction circulatoire

  • Titre traduit

    Study of cardiovascular effects of β1– et β3–adrenergic auto-antibodies on cardiovascular system in Lewis rat


  • Résumé

    Studies conducted in human have shown that anti-β1–adrenergic (β–AR) autoantibodies (β–AAB) contribute, via their agonistic action, to the pathogenesis of dilated cardiomyopathy (DCM). Others works have also shown the presence of β3–AAB in the serum of patients with DCM, however, their pathophysiological role has been little investigated so far. The first aim of this thesis was to study the functional effect of anti-β3–AR antibodies (β3–AB), which are produced in rats and behaving like AAB found in patients. Thus, using in vitro studies of contractility, we have revealed the cardio-depressant effect of β3–AB. Furthermore, our previous work had shown that immunization of rats for 3 months against the β1–AR has induced endothelial dysfunction, suggesting an action of β–AB also at the vascular level. Thus, the second objective of this work was to determine the impact of chronic active immunization of Lewis rats (3 and 6 months) against β3–AR alone or combined with β1–AR on cardiac function and vascular reactivity. The results have shown that long-term action of β1– and β3–AB resulted in the appearance of a systolo-diastolic dysfunction associated with remodeling of the β–AR expression in heart. At the vascular level, β1–AB impair the β–adrenergic vasorelaxation while β3–AB improve it via the increase of β–AR and endothelial NO synthase expression. Finally, this work evaluated the in vivo effect of acute passive immunization of β1– and β3–AR on circulatory function