« Caractérisation des infections à Epstein-Barr Virus (EBV) dans l'angiœdème et le mélanome »

par Anastasiia Filippova

Projet de thèse en Virologie - Microbiologie - Immunologie

Sous la direction de Patrice Morand et de Raphaelle Germi.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec l'Université de médecine d'Etat d'Irkoutsk , dans le cadre de École doctorale chimie et science du vivant (Grenoble) , en partenariat avec Institut de Biologie Structurale (laboratoire) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    La famille des HERPESVIRIDAE est divisée en 3 sous famille (Alpha-, Beta-, Gamma-herpesvirinae) selon leurs propriétés biologiques et aussi physico-chimiques. On connaît aujourd'hui les 8 virus herpétiques infectant l'homme : l'Herpès Simplex Virus (HSV) 1 et 2, le Varicelle Zona Virus (VZV), l'Epstein-Barr Virus (EBV), le Cytomégalovirus (CMV), et les Human Herpesvirus 6, 7 et 8 (HHV). Ce sont des virus enveloppés à capside icosaédrique. Le génome viral se présente sous la forme d'une molécule d'ADN bicaténaire et il code un grand nombre de protéines. La mode de transmission interhumaine directe et indirecte. Tous les sujets infectés, symptomatique ou asymptomatique, peuvent transmettre les virus par divers tissus, cellules et fluides biologiques (salive, sang, urine etc.). Ils peuvent alterner les cycles de latence et réactivation lors d'un certain nombre de maladies (inflammatoires ou auto-immunes), particulièrement chez les patients immunodéprimés. L'angioedème (AE) est un syndrome clinique qui se caractérise par un gonflement transitoire des tissus sous-cutané ou sous-muqueux, localisé et disparaissant sans séquelle en raison de l'inflammation et de la fuite vasculaire. Il peut provoquer l'asphyxie aiguë en cas d'atteinte du larynx et des voies aériennes supérieures. Environ 10–20% de la population présente au moins un épisode d'angiœdème au cours de sa vie. L'etiopathogénie des AE est multifactorielle (allergie, médicaments, génétique, dans de nombreux cas cause inconnue et les autres causes). Il existe 2 types de l'angiœdèmes en fonction des médiateurs : l'angiœdèmes histaminiques (allergiques ou non, qui représentent 95% des cas) et l'angiœdèmes bradykiniques (héréditaires ou acquis, avec ou sans déficit en C1Inh) plus rares mais au pronostic plus sévère. L'AE induit une perturbation immunitaire et une activation immunitaire. En 2011, un article a décrit que les titres des anticorps anti-EBNA1 (Epstein Barr Nuclear Antigen 1) sont corrélés avec le risque de crise d'angiœdème (Cuska D. Mol Immunol 2011). Pour compléter le travail de Cuska et al. où seules des données sérologiques ont été rapportées, notre but était de caractériser les charges virales dans le sang et la salive de la plupart des herpes virus humains afin de vérifier si la perturbation immunitaire au décours des angiœdèmes pouvait s'accompagner d'une réactivation virale dans le sang ou la salive. Nous avons mené une étude prospective évaluant la quantification de la charge virale ADN des herpèsvirus par la PCR quantitative en temps réel dans des échantillons de sang total, de salive et de sérum au cours d'une crise d'AE (bradykiniques et histaminiques) parmi des patients atteint de crise d'AE (groupe exposé, N=28 ; âge moyenne = 53,4) et des volontaires sains (groupe non-exposé, N=27 ; âge moyenne = 36,4). Les analyses statistiques inclus la comparaison de variables qualitatives (par le test du chi 2 et le test exact de Fisher) et de variables quantitatives (le test de Mann et Whitney). Les moyennes et médianes des charges virales ont été comparées entre les 2 groupes. La différence est statistiquement significative si le p-value <= 0,05. La fréquence de la réactivation des HSV-1 dans la salive lors de la crise d'AE est plus important, comparé à des sujets sains (p-value=0.0376). En revanche, les sujets sains présentent une réactivation plus importante d'HHV6 dans la salive que les sujets en crise d'AE (p-value=0.011). La fréquence de la réactivation de l'EBV dans la salive est plus importante dans le groupe expérimental que dans le groupe contrôle, même s'il n'y a pas de différence statistiquement significative (p-value=0.277). Il n'y a pas d'autre différence de réactivation des herpèsvirus entre les groupes. Il n'y a pas de différence significative des moyennes des charges virales pour les 3 virus (HSV, EBV, HHV-6) entre les 2 groupes. Les conclusions préliminaires de cette étude montrent une tendance à l'association entre la crise d'AE et une plus forte réactivation des herpèsvirus. Concernant la réactivation de l'EBV, les résultats obtenus (salive/sang) ont montré une tendance non statistiquement significative en faveur d'une réactivation du virus plus importante dans le groupe angiœdème à J0. La réactivation de HSV-1 est plus fréquente dans l‘angiœdème mais nécessité de vérifier la sérologie HSV des deux groupes. De façon surprenante, le nombre de patients réactivant le HHV-6 dans leur salive était plus élevé dans le groupe témoin. Il serait intéressant de confirmer ce résultat et d'en comprendre la raison.

  • Titre traduit

    "Characterization of Epstein-Barr Virus (EBV) infections in angioedema and melanoma »


  • Résumé

    The HERPESVIRIDAE family is divided into 3 subfamilies (Alpha-, Beta-, Gamma-herpesvirinae) according to their biological and also physicochemical properties. The 8 herpes viruses that infect humans are known today: Herpes Simplex Virus (HSV) 1 and 2, Varicella Zona Virus (VZV), Epstein-Barr Virus (EBV), Cytomegalovirus (CMV), and Human Herpesviruses 6, 7 and 8 (HHV). These are enveloped viruses with icosahedral capsids. The viral genome is in the form of a double-stranded DNA molecule and encodes a large number of proteins. The direct and indirect mode of human-to-human transmission All infected individuals, symptomatic or asymptomatic, can transmit viruses through various tissues, cells and biological fluids (saliva, blood, urine etc.). They can alternate latency cycles and reactivation during a number of diseases (inflammatory or autoimmune), particularly in immunocompromised patients. Angioedema (AE) is a clinical syndrome characterized by transient swelling of the subcutaneous or submucosal tissue, localized and disappearing without sequelae due to inflammation and vascular leakage. It can cause acute asphyxia if the larynx and upper airways are affected. About 10-20% of the population has at least one episode of angioedema in their lifetime. The etiopathogenesis of AE is multifactorial (allergy, drugs, genetics, in many cases unknown cause and other causes). There are two types of angioedema depending on the mediator: histamine angioedema (allergic or non-allergic, which represents 95% of cases) and bradykinic angioedema (hereditary or acquired, with or without C1Inh deficiency), which are rare but more severe prognosis. AE induces immune perturbation and immune activation. In 2011, an article described that the titers of anti-EBNA1 antibodies (Epstein Barr Nuclear Antigen 1) are correlated with the risk of angioedema attack (Cuska D. Mol Immunol 2011). To complete the work of Cuska et al. where only serological data were reported, our goal was to characterize the viral loads in the blood and saliva of most human herpes viruses to verify whether the immune disturbance in the course of angioedema could be accompanied by viral reactivation in the blood or saliva. We conducted a prospective study evaluating the quantification of herpesvirus DNA viral load by real-time quantitative PCR in whole blood, saliva and serum samples during an AE crisis (bradykinetic and histaminic) among patients with EI crisis (exposed group, N = 28, mean age = 53.4) and healthy volunteers (unexposed group, N = 27, mean age = 36.4). Statistical analyzes included comparison of qualitative variables (Chi-square test and Fisher's exact test) and quantitative variables (Mann and Whitney test). Mean and median viral loads were compared between the 2 groups. The difference is statistically significant if the p-value <= 0.05. The frequency of reactivation of HSV-1 in saliva during the AE crisis is greater, compared to healthy subjects (p-value = 0.0376). On the other hand, healthy subjects show a greater reactivation of HHV6 in saliva than subjects in AE crisis (p-value = 0.011). The frequency of reactivation of EBV in saliva is greater in the experimental group than in the control group, even if there is no statistically significant difference (p-value = 0.277). There is no other difference in herpesvirus reactivation between groups. There is no significant difference in mean viral loads for the 3 viruses (HSV, EBV, HHV-6) between the 2 groups. Preliminary findings from this study show a trend toward association between AE crisis and increased herpesvirus reactivation. Regarding the reactivation of EBV, the results obtained (saliva / blood) showed a non-statistically significant trend in favor of greater reactivation of the virus in the angioedema group at D0. The reactivation of HSV-1 is more common in angioedema but need to check the HSV serology of both groups. Surprisingly, the number of patients reactivating HHV-6 in their saliva was higher in the control group. It would be interesting to confirm this result and to understand the reason.