Mécanismes neurocognitifs de l'anticipation des conséquences visuelles et haptiques d'une collision

par Julie Talpin

Projet de thèse en Sciences du sport et du mouvement humain

Sous la direction de Michel-Ange Amorim et de Mehdi Ammi.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences du sport, de la motricité et du mouvement humain (2015-.... ; Orsay, Essonne) , en partenariat avec Complexité, Innovation, Activités Motrices et Sportives (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    Les activités physiques et sportives exigent de réguler et prévoir les effets des contacts du corps avec l'environnement, que ce contact soit direct (ex., des mains avec une poutre ou le sol) ou par l'intermédiaire d'un objet (ex., vélo ; balle ; raquette ; etc.). Des mécanismes neurocognitifs permettent de prédire les conséquences sensorielles de nos actions afin de réguler très précisément les forces de contact exercées sur les objets dans l'environnement. Le cerveau fait également des hypothèses sur les relations entre les objets et les surfaces sur lesquelles ils se déplacent, que nous soyons à l'origine ou non de ces déplacements. Les mécanismes neurocognitifs de l'anticipation des conséquences visuelles et haptiques de collisions avec des objets, en relation avec les surfaces sur lesquelles ils évoluent, restent largement inexplorés et seront au cœur de cette thèse (étude comportementale et corrélats cérébraux par potentiels évoqués).

  • Titre traduit

    Neurocognitive mechanisms anticipating the visual and haptic consequences of a collision


  • Résumé

    Sport and physical activity require to regulate and predict the effects of the contact of the body with the environment, whether this contact is direct (e.g., hands on a beam or on the floor) or through an object (e.g., bike; ball-racket; etc.). Neurocognitive mechanisms allow predicting the sensory consequences of our actions in order to regulate precisely contact forces on objects in the environment. The brain also makes assumptions about the relationships between objects and the surfaces on which they move whether or not we initiate these movements. Anticipatory mechanisms of the visual and haptic consequences of collisions with objects, in relation to the surfaces on which they operate, remain largely unexplored and will be the focus of this thesis (behavioral study and brain correlates with event-related potentials).