Les constructions territoriales des supporters de Paris-St-Germain. Jeux d’identité et enjeux de placement au sein du monde sécuritaire

par Gael Rannou

Projet de thèse en Geographie humaine

Sous la direction de Andre-frederic Hoyaux.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec UMR Passages (equipe de recherche) depuis le 10-07-2016 .


  • Résumé

    A partir d'une posture éthique et constitutiviste, cette recherche entend récolter des informations par le bas et donner la parole à des acteurs peu souvent entendus. Ce travail traite d'un problème social en lien avec les supporters de football et plus exactement des collectifs spécifiques. Les ultras et les indépendants sont des supporters qui ont de plus en plus de mal à trouver une place dans le stade. A partir de l'exemple du Paris-st-Germain et plus spécifiquement de la tribune Boulogne, un des chantiers de cette recherche est de chercher les causes de ce dé-placement progressif des collectifs concernés. Ainsi, des trajectoires individuelles de supporters sont convoquées ici et mettent en lumière leurs pratiques souvent en lien avec l'espace. Les collectifs de supporters produisent une identité forte du fait de leurs relations avec l'espace. Les tribunes composent des territoires ainsi que d'autres espaces d'une ville. Cette appropriation de l'espace peut également générer de la violence physique et symbolique entre des collectifs de supporters adverses. Ces pratiques spatiales semblent gêner de ce fait gêner les institutions qui tentent alors de réguler la place des collectifs. Une lutte des places s'instaure alors sur l'espace (stade, tribune, ville) entre les différents acteurs. Les institutions tendent à sécuriser l'espace par des dispositifs que les collectifs de supporters essaient de contourner par diverses ruses et tactiques. Des recompositions spatiales importantes prennent formes avec l'évolution de la spatialité des ultras ou des indépendants. Ces spatialités entraînent des re-placement aussitôt régulés par les pouvoirs publics qui instituent un nouvel ordre spatial qui correspond aux normes en vigueur actuellement. C'est à partir d'une analyse micro-géographique de l'espace, donc de l'analyse des pratiques individuelles mais aussi d'un groupe spatialisé spécifique qu'il est possible de mettre en lumière des problématiques à l'échelle de la société. La tribune Boulogne et le stade du Parc des Princes semblent rassembler à eux-seuls des problèmes qu'il est possible de rencontrer dans les espaces urbains et la société en général. L’avènement d'une société sécuritaire questionne la place de l'individu dans celle-ci. Cette place est-elle déterminée par des canevas-sociaux économiques? La question des libertés individuelles et fondamentales est également convoquée ainsi que le rôle de la mondialisation sur l'espace et les individus qui se l'approprient. En effet, les collectifs de supporters ont des racines subculturelles qui sont apparues à la fin des années 70, soit lors des premières crises du capitalisme. Ce travail entend, alors, interroger la place de l'acteur dans ces collectifs et les paradoxes de celle-ci.

  • Titre traduit

    The territorial constructions of Paris-St-Germain’s supporters. Games of identities and stakes in placement within a security world


  • Résumé

    Starting from an ethical and constitutivist situation, this research mean's to collect informations from the bottom and give the chance to some actors to be at least listened. These working are about a social problem linked to football supporters and more precisely the specific collectives. “Ultras” and “independants” are the supporters who can hardly find a seat in the stadium. Starting frome Paris-St-Germain 's example and more specifically the Boulogne stand, one job about this searching is to find out the reasons of the progressive moove of the involved collectives. So individual paths of supporters are summoned here and show their practices often linked to the space. Supporters collectives produce a strong identity fron their relations to the space. The stands are composing territorys the same way others space in a town.This appropriation of the place may in the same way generate physical and symbolic violence between opposite supporter's teams. These spatial practices seem to disturb the institutions who then try to adjust the collectives place. Places struggling settle then in the space (stadium, stands, town) between the various actors. Institutions try re-assure the space in differents ways wich supporters tempt to go around with a panel of tricks and tactics. Important spatial recompositions take shape with spaciality evolution of “ultras” and “independants”. These spacialitys bring new settlements as soon regulated by autoritys power who set a new spatial order wich fit with nowadays standards. Starting from a micro-geographical analyse of the space, then from an analyse of individual practices but also of a specific group in the space, it's then possible to show some problematics to the society scale. Boulogne stand and “Parc des Princes” stadium seem to gather by themselves problems which are easy to meet in urban spaces and in the society. The happening of a security society ask the question of the individual in the society. Is this place determined by the social-economic canevas? The question of individual and fondamental freedom is there too like the part of the globalization on the space and the individuals who appropriate it. In fact supporters collectives get their subcultural rules which appeared at the end of the 70's with the first capitalism crisis. These workings mean, then, to ask the actor place in these collectives and paradoxes of that.