" Le renouvellement des formes clownesques, des années 1970 à aux années 2010 : histoire de la recréation d'un outil spectaculaire."

par Nina Roy

Projet de thèse en Théâtre

Sous la direction de Mireille Losco-Lena.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) depuis le 15-10-2014 .


  • Résumé

    On date l’apparition du mot « clown » à la période élisabéthaine où il servait à désigner un type d’acteur et de jeu particulier, en contre-point de la fable mais intégré à chacune des représentations , qui permettait par diverses façons de lier la fiction au présent de la salle. À la fin du XIXème, les clowns intègrent le cirque en plein essor, ils en deviennent l'emblème en lui apportant ce qui lui manquaient encore : la fiction au cœur de la performance. Dans les années 1970, s'invente cependant un cirque qui se passe volontiers des clowns dont l'art est alors en déclin, le « nouveau cirque ». Mais dans la même période, des artistes venus principalement du théâtre recommencent à s'y intéresser, figure et outil d'un art populaire qu'ils cherchent à réinventer, au contact du public et de la vie. C’est encore aujourd'hui majoritairement au théâtre que les clowns s'inventent aux côtés d'autres arts. Ils rejoignent et enrichissent une tendance importante des scènes européennes, traversées par ce que Joseph Danan appelle « l’état d’esprit performatif », qui accorde plus de valeur à l’expérience théâtrale qu’au représenté et se caractérise notamment par une volonté de mêler intimement l’art à la vie. En équilibre sur le fil qui sépare l’imaginaire du réel, un pied dans la fiction et l’autre dans la salle, le clown est un ainsi devenu un terrain d'observation privilégié pour repérer les différentes « dynamiques dramatisantes » qui ont animé et animent le théâtre depuis que celui-ci utilise la figure. Car la scène contemporaine n’en continue pas moins de dire le monde et l’humain à l’aide des matériaux scéniques dont elle dispose : le clown en est (deux en) un.


  • Pas de résumé disponible.