Mobilité et accessibilité informelles : vers une irrigation rhizomique du territoire. Études de cas : Rio de Janeiro (Brésil) et Medellin (Colombie).

par Camille Reiss

Projet de thèse en Architecture

Sous la direction de Dominique Rouillard.

Thèses en préparation à Paris Est en cotutelle avec l'Université Fédérale de Rio de Janeiro, Faculté d'Architecture et d'Urbanisme , dans le cadre de VTT - Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec LIAT - Laboratoire Infrastructure, Architecture, Territoire (laboratoire) depuis le 23-11-2015 .


  • Résumé

    L'explosion démographique et urbaine des villes informelles sud-américaines confronte les réseaux d'infrastructure de transport à de nouveaux défis, qui doivent irriguer des territoires en constante expansion et satisfaire aux besoins chaque fois plus importants des populations en termes de mobilité. Des projets innovants d'infrastructure de transport ont été mis en place depuis maintenant plus de vingt ans, afin d'améliorer l'accessibilité de ces territoires souvent caractérisés par une forte déclivité : téléphériques, funiculaires, ascenseurs, escaliers mécaniques, etc. On constate aujourd'hui que ces systèmes d'infrastructures « dures » ne réussissent pas à atteindre la micro-échelle du tissu dense et sinueux de la ville informelle. Palliant aux déficiences des projets réalisés, on assiste alors au développement d'un système alternatif de transport (Vans, Kombis, moto-taxis), capable de s'adapter à la complexité de ce tissu urbain. Le sujet de recherche pose l'hypothèse qu'afin que la mobilité et l'accessibilité de la ville informelle soient effectives, la viabilité du système établi devrait fournir une irrigation de type rhizomique du territoire : le relais d'infrastructures « dures » par des systèmes de transport alternatifs et innovants, apparaît comme une condition sine qua non à la perméabilité du tissu urbain des favelas, permettant d'atteindre de façon uniforme la macro- et la micro-échelle de ce territoire particulier.

  • Titre traduit

    Informal mobility and accessibility: toward a rizomic irrigation of the territory. Case studies: Rio de Janeiro (Brazil) and Medellin (Columbia).


  • Résumé

    The demographic and urban explosion of South American informal cities confronts transport infrastructure networks to new challenges, which must irrigate constantly expanding territories and meet the needs ever more important of populations in terms of mobility. Innovative projects of transport infrastructure have been established for over twenty years to improve the accessibility of these territories often characterized by a steep gradient: cable cars, funiculars, elevators, escalators, etc. We now see that these "hard" infrastructure systems fails to achieve the micro-scale of the dense and winding fabric of the informal city. Overcoming the deficiencies of projects, we witness the development of an alternative system transportation (Vans, Kombis, motorcycle taxis) able to adapt to the complexity of this urban fabric. The subject of research hypothesizes that in order for the mobility and accessibility of the informal city are effective, the viability of the established system should provide an rhizomic irrigation of the territory: the relay of "hard" infrastructures by alternative and innovative transport system, appears as a prerequisite to the permeability of the urban slums, to achieve in a uniform manner macro- and micro-scale of that particular territory.