La foi de la politique ou la politique sans foi : les politiques ont-ils décervelé la politique ?

par Alain Lucas

Projet de thèse en Science Politique

Sous la direction de William Genieys.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Droit et Science Politique , en partenariat avec CEPEL - Centre d'Etudes Politiques de l'Europe Latine (laboratoire) depuis le 22-04-2016 .


  • Résumé

    Comment les politiques ont-ils pu s'éloigner si gravement du citoyen ? La vie publique est absorbée par l'univers médiatique abandonnant à un passé assez lointain les idéalités. Le rythme de circulation des informations poursuit le citoyen à chaque instant de la journée, partout, sur tous supports. Cette croissance exponentielle et rapide de la quantité d'informations s'accompagne d'une banalisation des événements et du discours qui nivellent la qualité par le bas. Une sorte de spectacularisation s'est ainsi installée. Dans mon projet de thèse, il s'agira d'analyser ce mouvement de déconstruction mais surtout de comprendre comment, quand et pourquoi l'activité et le discours politiques ont éloigné le citoyen, acteur des projets durant les « trente volontariste, glorieuses » et aujourd'hui spectateur. Le discours public de conviction présuppose un minimum de valeurs et de croyances partagées même si les acteurs diffèrent sur les raisons pour mettre en œuvre un programme. En revanche, le discours de communication suppose une approche plus ajustée sur le discours politique et ne se limite pas à un marketing politique efficace mais à la capacité des politiques à donner une base crédible à un programme politique qui réponde aux défis et aux problèmes. L'analyse conduit à se poser la question de l'organisation institutionnelle et des conséquences de la professionnalisation de la vie politique.

  • Titre traduit

    the faith of the faithless policy or policy: Have the political décerveler politics?


  • Résumé

    How are they able to leave the political citizen so seriously ? The public life is absorbed by the media universe abandoning(giving up) in a rather distant past idéalités. The rhythm of traffic(circulation) of the information pursues the citizen all the time of the day, everywhere, on any supports(media). This exponential and fast growth of the quantity of information comes along with an everyday acceptance of the events and with the speech which level down the quality. A kind of spectacularisation so settled down. In my project of thesis(theory), it will be a question of analyzing this movement of demolition but especially of understanding(including) how, when and why the political activity and the speech took away the citizen, the actor of the projects during them " thirty voluntarist, glorious " and today spectator. The public speech of conviction presupposes a minimum. The analysis leads to ask itself the question of the institutional organization and the consequences of the professionalization of the political life.