Humanisme juridique et pouvoir pontifical (1450 - 1513) : l'esprit d'un temps et le temporel

par Claire angéline Natali

Projet de thèse en Sciences juridiques

Sous la direction de François Jankowiak.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec Droit et Sociétés Religieuses (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 07-10-2011 .


  • Résumé

    Le sujet de thèse a pour intitulé « L'humanisme juridique et le pouvoir pontifical (1450-1515) : l'esprit d'un temps et le temporel ». Il découle du travail mené pour la rédaction du mémoire de Master 2. La problématique avait révélé d'une part de nombreuses questions impossibles à traiter dans le temps imparti à un travail de mémoire. D'autre part l'historiographie très pauvre a accentué l'importance du travail qu'il restait encore à donner sur le sujet. L'idée est donc née d'approfondir les résultats trouvés et d'englober les questions mises de côté. La pauvreté de l'historiographie sur cette période est étonnante, car les problématiques ne manquent pas sur le seul pouvoir pontifical. Le choix a été fait d'étudier le pouvoir pontifical sous un angle humaniste, c'est-à-dire en prenant en compte l'esprit intellectuel qui se façonnait à cette époque. Ce courant, né et développé en Italie, s'inscrit dans tous les domaines de la vie sociale et ne manque pas d'avoir des relations complexes avec le milieu religieux. L'étendue de ce courant et la complexité du pouvoir pontifical a nécessité un peu de précision. Le choix a été maintenu de s'en tenir à l'étude du seul pouvoir temporel du pape et l'humanisme juridique qui l'accompagne. Pour le travail de recherche, l'axe choisit pour le mémoire a été gardé : d'une part le pouvoir temporel du pape dans sa dimension universelle (politique extérieure) et d'autre part sa dimension plus locale (politique intérieure) et l'humanisme juridique qui l'accompagne. Le travail des années de thèse a affiné ce « découpage » en consacrant une première partie à la définition du pouvoir temporel en tant que tel (indissociable de l'État) et une seconde partie à la définition de la personne détenant ce pouvoir et du siège de ce pouvoir – Rome et son chef –.

  • Titre traduit

    Legal humanism and papal power (1450 - 1513) : the spirit of a time and temporal power


  • Résumé

    The thesis has entitled "Legal humanism and papal power (1450-1515): the spirit of a time and the temporal power." It follows the work undertaken for writing the Master's thesis 2. The problems revealed on the one hand many questions impossible to process in the time to a working memory. On the other hand the very poor historiography emphasized the importance of the work that remained to give on the subject. The idea is born to deepen the results found, and cover matters set aside. Poverty of historiography this period is surprising, because the problems are not lacking on the only papal power. The choice was made to study the pontifical power under a humanistic angle, that is to say taking into account the intellectual spirit that fashioned at that time. This movement, born and developed in Italy, is in all areas of social life and does not fail to have complex relations with the religious environment. The extent of this movement and complexity of papal power has required some precision. The choice was kept to stick only to the study of the temporal power of the Pope and legal humanism that accompanies it. For the research, the axis chosen for the memory has been kept: first the temporal power of the Pope in his universal dimension (foreign policy) and secondly over its local dimension (internal policy) and Legal humanism that accompanies it. The work of the thesis years has refined this "cutting" by devoting the first part in defining the temporal power as such (inseparable from the state) and a second part to the definition of the person holding the power and seat this power - Rome and its leader -.