La culture : outil des relations internationales pour la prévention et la résolution des conflits

par Elodie Gerome (Delgado)

Projet de thèse en Sciences politiques

Sous la direction de Michèle Guillaume-hofnung.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec Collège d'Etudes Interdisciplinaires (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 09-09-2013 .


  • Résumé

    A la fin du XXème siècle, la notion de culture intègre les principes d'identité commune et de groupes aux caractéristiques distinctes. Pour la communauté internationale, cette notion a été définie en 1982 à la Conférence mondiale sur les politiques culturelles de Mexico « comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances ». Par le biais de cette définition, les gouvernements considèrent aujourd'hui la culture comme un outil du "soft power", de la diplomatie et de la médiation, pour une gestion pacifique des relations interétatiques. Mais si la théorie envisage la prise en compte de la culture dans les relations internationales comme un moyen d'atteindre une paix mondiale, qu'en est-il en pratique ? La question est donc de savoir si cette vision se répercute dans l'approche internationale des gouvernements, dans la gestion des conflits et des projets humanitaires. Il est également question de déterminer s'il est réellement pertinent de considérer que la culture influence les relations internationales et si cette application donne les résultats escomptés.

  • Titre traduit

    Culture: a tool of the international relations for the prevention and resolution of conflicts


  • Résumé

    At the end of the twentieth century, the concept of culture incorporates the notions of common identity and groups with distinct characteristics. For the international community, this concept was defined in 1982 at the World Conference on Cultural Policies in Mexico City as "the whole complex of distinctive spiritual, material, intellectual and emotional features that characterize a society or social group. It includes not only the arts and letters, but also modes of life, the fundamental rights of the human being, value systems, traditions and beliefs." Through this definition, governments now consider culture as a tool of "soft power", of diplomacy and mediation, for the peaceful management of interstate relations. But if the theory considers culture in international relations as a means of achieving world peace, what about practice? The question is thus to know if this vision is reflected in the international approach of governments, in conflict management and humanitarian projects. There is also a question of whether it is actually relevant to consider that culture influences international relations and if this application gives the expected results.