Les classes populaires dans une petite ville de la Lorraine du fer. Genèse et structure d'un espace social local.

par Vincent Burckel

Projet de thèse en Sociologie, anthropologie, démographie

Sous la direction de Marnix Dressen.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec Laboratoire Professions, Institutions, Temporalités (laboratoire) et de Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2011 .


  • Résumé

    A partir d'une enquête ethnographique menée dans une petite ville de Lorraine, on a mis en évidence un espace social local qui permet de rendre compte de la vie de ses classes populaires et du rapport qu'elles entretiennent avec les classe dominantes. Schématiquement, on distingue, un pôle économique, associé au petit entrepreneuriat, un pôle culturel associé aux études et à l'autodidaxie, et un pôle agonistique ou viril associé à la mise en valeur de la force physique. Ce modèle théorique recouvre plus ou moins une série d'oppositions qui traverse les classes populaires en "pauvres" et "aisés", féminin et masculin, "Français" et "étrangers" etc... La prise en compte de la dynamique historique de cet espace nous a conduit à utiliser le concept de génération. Ainsi, les classes populaires locales se différencient entres groupes générationnels socialisés dans des périodes historiques successives. Au niveau local et régional, les "anciens" ont évolué dans ce que l'on appelait la "Lorraine du fer", région minière et sidérurgique. La trajectoire modale de cette génération est le travail ouvrier pour les hommes et la vie au foyer pour les femmes. Pour les "jeunes", la crise de l'industrie, les transformations du système scolaire et les changement intervenant dans le marché des biens symboliques (politique, culture, religion...)a accru la dispersion des parcours individuels, entre travail intérimaire, études universitaires et accès des femmes au salariat.

  • Titre traduit

    "Classes populaires" in a small town of Lorraine of iron. Genesis and structure of a local social space.


  • Résumé

    From an ethnographic survey in a small town in Lorraine, we highlighted a local social space that allows to account for the life of his classes and the relationship they have with the dominant class. Schematically, there are an economic pole, associated with the small entrepreneurship, a cultural pole associated to education and self-education, and agonistic or manly pole associated with the development of physical force. This theoretical model covers more or less a series of oppositions that crosses classes in "poor" and "wealthy", feminine and masculine, "French" and "foreigners" etc ... Taking into account the historical dynamics of this space led us to use the concept of generation. Thus, local classes differ among generational groups socialized in successive historical periods. At the local and regional level, the "old" evolved into what was called the "Lorraine of iron", steel and mining region. The modal trajectory of this generation is the industrual work for men and home life for women. For "young", the crisis in the industry, changes in the school system and the changes occurring in the market of symbolic goods (politics, culture, religion ...) has increased the dispersion of individual pathways between temporary work, university and women's access to wage labor.