Essais sur l'économie du suivi de la politique climatique

par Igor Shishlov

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Franck Lecocq.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé (2015-.... ; Paris) , en partenariat avec Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (laboratoire) et de AgroParisTech (France) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2012 .


  • Résumé

    Les paiements des services environnementaux, tels que l'atténuation du changement climatique, l'amélioration de la qualité de l'eau ou la préservation de la biodiversité, se sont développés à grande échelle au cours des dernières décennies. En parallèle de ce développement survient la nécessité de surveiller la qualité et le niveau des services fournis par les différentes parties prenantes qui perçoivent les incitations. Sur un marché de plusieurs milliards d'euros créé pour inciter à l'atténuation du changement climatique, le rôle de la mesure et du suivi des gaz à effet de serre (GES) est en passe de devenir extrêmement important. Ce suivi permet d'assurer l'intégrité des mécanismes de marché et d'apporter une base fiable aux processus d'attribution des crédits carbone. L'expérience des projets de compensation – tels que le mécanisme pour un développement propre (MDP), la mise en œuvre conjointe (MOC) et les projets volontaires – démontre que différentes méthodes de suivi des émissions, avec des coûts et des niveaux de précision disparates, peuvent être appliquées, affectant à la fois l'efficacité environnementale et économique de la compensation. De plus, dans certains secteurs, tels que l'agriculture et le traitement des eaux usées, le suivi des émissions peut devenir le principal frein à la mise en œuvre de projets. L'économie de la mesure et du suivi des GES n'a pas fait l'objet d'une attention suffisante des chercheurs et la littérature sur le sujet reste évasive – un fossé que cette thèse ambitionne de combler. L'objectif de ce travail de recherche est d'évaluer les méthodes actuelles de suivi des GES d'un point de vue environnemental et économique (en étudiant l'équilibre entre les coûts et la précision) et d'identifier les freins associés à la mise en œuvre des projets de compensation.

  • Titre traduit

    Essays on the economics of climate policy monitoring


  • Résumé

    Payments for Environmental Services (PES) such as climate change mitigation, improving water quality or preserving biodiversity have been quickly developing over the past decades. With this development comes the necessity to monitor the level of services provided by the stakeholders who receive the incentive. In the multi-billion euros market created for climate mitigation, the role of monitoring greenhouse gas (GHG) emissions is becoming increasingly important in ensuring the integrity of market mechanisms and providing a reliable basis for carbon crediting. The experience with offset projects – such as the Clean Development Mechanism (CDM), Joint Implementation (JI) and voluntary standards – demonstrates that different methods of monitoring with regards to their cost and the level of precision can be applied, which affects both environmental and economic efficiency of the offsetting. Moreover, in some sectors, such as agriculture or waste water treatment, monitoring may constitute the main barrier to the implementation of projects. The economics of GHG monitoring has not received sufficient attention from the researchers and the literature remains evasive – a gap that this PhD aims to bridge. The goal of the research is to evaluate the existing GHG monitoring methods from environmental and economic points of view (i.e. the balance between the cost and precision) and to identify related barriers for the implementation of offset projects in untapped/underrepresented sectors.