Le fonctionnement psychique des jeunes appelés « incasables : du manque de la fonction paternelle, qu’en est-il de la fonction tiercéisante ?

par Marina Devaux

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Hélène Riazuelo-Deschamps et de Guillemine Chaudoye.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec CLInique PSYchanalyse Développement (2014-... ; Nanterre) (laboratoire) depuis le 28-10-2015 .


  • Résumé

    L’objectif de ce travail de recherche est de mieux comprendre le fonctionnement psychique des jeunes dits « incasables ». Le terme « incasable » est récurrent dans le champ de la protection de l’enfance. Il définit les « adolescents difficiles », « adolescents en très grande difficulté » ou encore « ceux dont personne ne veut »… Nombreux sont les termes pour les nommer. La complexité de cette clinique m’amène à reprendre l’histoire et l’évolution des institutions qui accueillent les jeunes en France afin de comprendre comment elles se sont adaptées aux enfants et adolescents « difficiles ». En posant une problématique, je m’interroge sur le fonctionnement psychique de ces jeunes, lié au manque de la fonction paternelle et au rôle de la fonction tiercéisante. Sujet qui me semble central pour mieux penser l’accompagnement. Ancré dans la clinique et à partir de deux études de cas suivis pendant plus de deux années, je présente Paul et Laurent, deux jeunes accueillis en institution et que l’on pourrait qualifier « d’incasables ». Cette clinique est complexe de par la diversité des concepts et des termes employés pour définir ces jeunes. Elle implique une réflexion sur les notions de transfert et de contre-transfert présentes tout au long de la recherche. Sous l’angle de la psychanalyse et parfois sous d’autres approches - puisque la notion « d’incasable » est diverse - j’étudie les enjeux institutionnels dans l’accompagnement de ces jeunes. Les notions d’absence du père et des carences maternelles apportent un éclairage sur ce qui fait de Paul et Laurent des jeunes appelés « incasables ». Néanmoins, cette étiquette ne leur collera pas à la peau indéfiniment.

  • Titre traduit

    The psychological workings of « unplaceable » youths : considering the lack of paternal function, what of the thirdness ?


  • Résumé

    The purpose of this research is to better understand the psychological workings of those youths that are called « unplaceable ». The term « unplaceable » is recurring in child welfare services. It defines those « troubled teenagers », « teenagers with behavioural issues », those « no one wants »… They are called by a variety of terms. The complex nature of this clinical case will lead to a review of the history and evolution of the institutions caring for children in France, so as to understand how they adapted to « troubled » children and teenagers. Through this issue, I will examine the psychological workings of those teenagers, linked to the lack of paternal function and the role of thirdness, a subject that seems central to better understand child care. The clinical case, studied throughout more than two years, is that of Paul and Laurent, two institutionalized youths that could be called “unplaceable”. This clinical case is made more complex by the diversity of concepts and terms used to define those teenagers. It implies a reflexion on the notions of transference and countertransference that will be present for the duration of the research work. The institutional stakes present in the care for those youths will be examined through a psychoanalytical angle, and sometimes other points of view – given that the notion of “unplaceability” is diverse. The notions of the absence of the father and maternal lack can shed some light on what makes Paul and Laurent “unplaceable”. But they will not be labelled thus indefinitely.