La menace du poids idéal : effets de la menace du stéréotype sur les choix et la consommation alimentaires de jeunes femmes se percevant en surpoids

par Laurène Houtin

Projet de thèse en Psychologie


Sous la direction de Peggy Chekroun.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec Laboratoire Parisien de Psychologie Sociale (Nanterre) (EA 4386) (laboratoire) depuis le 14-10-2015 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objectif l’examen des conséquences de la stigmatisation du surpoids chez les jeunes femmes qui se perçoivent en surpoids (que cette perception soit justifiée ou non) via le phénomène de menace du stéréotype (Steele & Aronson, 1995). Nous proposons que des contextes menaçants, en lien avec les stéréotypes négatifs qui portent sur les comportements alimentaires des personnes en surpoids, peuvent biaiser l’estimation que ces femmes font des aliments et augmenter leur consommation d’aliments réconfortants. Les études expérimentales de ce travail doctoral confirment ces hypothèses : leurs résultats indiquent que plus les femmes pensent avoir un excès de poids, (i) moins elles réussissent à estimer la teneur calorique des aliments et à sélectionner les plats en fonction de leurs valeurs nutritionnelles, et (ii) plus elles consomment d’aliments gras et sucrés. Nous investiguons également le rôle médiateur des émotions (et notamment celui de l’anxiété) ainsi que sur celui de la réduction des ressources disponibles en mémoire de travail dans ces effets. Si nos études ne permettent pas d’affirmer l’implication de mécanismes émotionnels, une de nos études met en cause la diminution des ressources en mémoire de travail. Bien que d’autres études ont déjà fait état des conséquences de la menace du stéréotype lié au surpoids chez les personnes objectivement en surpoids (e.g., Brochu & Dovidio, 2014), les études de cette thèse sont les premières à mettre en évidence les conséquences de ce phénomène chez les femmes qui se perçoivent en surpoids, et à confirmer qu’il est nécessaire de prendre en compte cette variable dans l’étude des conséquences de la stigmatisation du surpoids.

  • Titre traduit

    The threat of the ideal body weight : effects of stereotype threat on food choices and food consumption in young women who perceive themselves as overweight


  • Résumé

    This thesis aims to examine the consequences the stigma of overweight among young women who perceive themselves as overweight (whether this perception is justified or not), via the phenomenon of stereotype threat (Steele & Aronson, 1995). We propose that threatening contexts (in which negative stereotypes are about the eating behaviours of overweight people are activated), can (i) bias overweight self-perceived women's nutritional values assessment, and thus lead them to select dishes that are not adapted to their needs, and (ii) increase their consumption of comfort food. The experimental studies of this doctoral work tend to confirm these hypotheses: their results indicate that the more young women think they are overweight, (i) the less successful they are at estimating the calorie content of foods and selecting dishes on the basis of their nutritional values, (ii) the more they consume fatty and sugary foods. We also investigate the roles of emotions (especially anxiety) and working memory resources in these effects. Although our studies do not allow us to assert the involvement of emotional mechanisms, one of our studies underlines the role of a decrease in working memory resources. While other studies have already reported the deleterious consequences of overweight stereotype threat in objectively overweight individuals (e.g., Brochu & Dovidio, 2014), ours are the first to report on the consequences of this phenomenon in overweight self-perceived women, and confirm that weight perception must be taken into account in studies on the negative health consequences associated with weight stigma.