Le patrimoine,de la trace architecturale à la trace numérique

par Amel Laieb

Projet de thèse en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Hafida Boulekbache.

Thèses en préparation à Valenciennes en cotutelle avec l'Université de Mons , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) , en partenariat avec Laboratoire De Visu (Valenciennes, Nord) (laboratoire) depuis le 02-12-2015 .


  • Résumé

    Le rôle du numérique dans la transmission et la préservation du patrimoine architectural et territorial Le patrimoine, ce trésor qu’on s’hérite de génération en génération a su inscrire l’être humain comme souverain dans son environnement en le façonnant à l’image des expériences, valeurs et aspirations qui s’y sont cultivées au fil du temps. Cet héritage précieux porte les secrets de la subsistance de l’être humain sur cette terre. On comprend donc sans difficulté l’importance de préserver et de continuer à transmettre ce trésor. En effet l’être humain aujourd’hui prend de plus en plus conscience de l’importance du patrimoine et s’y intéresse de plus en plus et de plus en plus prêt. La preuve, l’essor des industries culturelles qui ne cessent de croitre. On le remarque bien avec le taux de fréquentation de plus en plus élevé et l’intérêt croissant pour le tourisme culturel qu’il soit pour les musées, les monuments historiques, les villes avec leurs centres historiques ou les villages pittoresques, ruraux, maritimes ou de montagne … Le but est le même , se nourrir d’histoire et de culture pour un éveil spirituel et sensoriel plus intense. En effet, l’ère dans laquelle on vit n’est pas des plus simples. On assiste de nos jours à une nouvelle révolution très subtile dont l’arme fatale est le numérique ! Cet intrus qui a su s’installer dans nos vies de manière sournoise est devenu en quelques années l’essence même de toute activité humaine. On est bien obligé d’avouer qu’il a porté l’humanité au plus loin de son intellectualisme même si l’on sait aussi qu’il l’a porté loin dans sa dépravation. Mais au-delà de la controverse sur l’aspect éthique du numérique, il jouit d’un point très fort qui a su faire de lui l’avenir de cette humanité. C’est surtout grâce à son aspect pratique ! Qu’il soit de génération, de stockage, de traitement, de gestion ou d’exploitation des données, c’est vraiment une prouesse technologique unique dans l’histoire de l’humanité. La problématique serait donc de déterminer avec précision l’apport du numérique sur le patrimoine architectural et territorial ainsi que ses limites. Quel est donc le rôle du numérique dans la mission de transmission et de préservation du patrimoine architectural et territorial ? Le schéma de principe sur lequel se basera ce travail sera le suivant : - d’abord, introduire la thèse avec une contextualisation analytique comprenant une terminologie détaillée et une rétrospective de l’évolution sociale et sociétale qui nous a amené à cette actuelle société de l’information et ses enjeux; - ensuite, faire un état de l’art de ce qui se fait en matière de « patrimoine numérique » et évoquer les domaines qui s y rapportent tels que les nouvelles technologies de l’information et de la communication, le multimédia, la médiation, et l’innovation; - évaluer l’utilisation du numérique dans le domaine de la culture en général et du patrimoine architectural et territorial en particulier grâce à des enquêtes quantitatives et en apprécier l’impact social et humain sur les usagers, grâce à des enquêtes qualitatives ; - aborder l’aspect écologique et durable des solutions numériques dans la transmission et la préservation du patrimoine ; -et enfin, élaborer un cas pratique sur un terrain choisi (dans une région enclavée de préférence pour soutenir le point précédant) grâce aux nouvelles technologies de modélisation en 3, 4 ou 5 dimensions. En effet, de nos jours, la technologie nous permet de faire des simulations pour différentes fins grâce à la réalité virtuelle ou augmentée en y intégrant les dimensions physiques d’un espace dans le but de sa reconstitution mais aussi et surtout pour voir son évolution dans le temps et relativement à une infinité d’autres variables comme le coût financier par exemple. Il y va sans dire que les avantages d’une telle entreprise sont innombrables. Qu’ils soient dans les bienfaits de la réalisation d’inventaires cartographiques par exemple grâce aux SIG (Systèmes d’Informations Géographiques), dans l’aménagement du territoire, pour la valorisation de l’image d’un lieu ou tout simplement dans la transmission des savoirs. Le couple patrimoine/numérique ne cesse de prouver sa nécessité et contribue aussi à garantir une citoyenneté renouvelée à travers l’aspect collaboratif des habitants d’un lieu. Ceux-ci peuvent, en effet, en les faisant participer à la mission d’inventaire sur des supports tels que les forums ou les réseaux sociaux en partageant des souvenirs ou des photographies de lieux non connus et permettent ainsi de maintenir la mémoire collective des groupes sociaux et de garantir une cohésion sociale irréfutable.


  • Pas de résumé disponible.