Pratiques cliniques en psychiatrie et pratiques de gestion, cliniques interstitielles d'une psychiatrie dissidente

par Raymond Panchaud

Projet de thèse en Gestion

Sous la direction de Christophe Pascal.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale de droit (Lyon) depuis le 08-02-2016 .


  • Résumé

    Les difficultés économiques qui affectent les systèmes de protection sociale, l’évolution des politiques publiques sous l’affirmation des principes du nouveau management public, et l’évolution des savoirs médicaux et soignants font peser sur de nombreux établissements de santé des menaces importantes pour leur survie ou à tout le moins sur la continuation de leur projet originel. Cette thèse s’intéresse à la question des facteurs de pérennité des organisations de santé. Elle repose sur l’étude de cas longitudinale d’un établissement psychiatrique privé fondé en 1943 qui assure la responsabilité de la psychiatrie publique du secteur de l’Est vaudois, alors qu’il pratique une politique de soins qui se réfère à la psychanalyse, à contre-courant des références actuelles en psychiatrie qui relèvent plutôt des neurosciences et des traitements cognitivo-comportementaux (TCC). Suivant les principes de la démarche clinique, une approche globale de l'organisation est réalisée pour comprendre la dynamique de fonctionnement de cette institution et son faire-ensemble particulier. Dans cet perspective, l’analyse se focalise sur les pratiques du quotidien, tant du point de vue des soins (les pratiques cliniques) que du management (les pratiques de gestion), en prenant également en compte la dimension historique de l’institution mais aussi de l’environnement et de la psychiatrie. Il ressort de cette analyse que 3 éléments fondent la pérennité de cet établissement dans une dynamique récursive : - une philosophie des soins affirmée et ancrée sur des valeurs humanistes, - l’homologie entre pratiques cliniques et pratiques de gestion, - La gestion de l’interstitiel, c’est-à-dire les espaces de marge de manœuvre et d’autonomie des acteurs instaurés en dehors de toute structure et de regards hiérarchiques dans des relations de confiance. Ces 3 éléments constituent l’esquisse d’un modèle organisationnel de pérennité qui devra être testé à plus grande échelle.

  • Titre traduit

    Clinical practices in psychiatry and management practices, interstitial clinics of a dissident psychiatry


  • Résumé

    The economic difficulties affecting social protection systems, the evolution of public policies under the affirmation of the principles of the new public management, and the evolution of medical and nursing knowledge pose major threats to the survival of many health establishments or at least to the continuation of their original project. This thesis addresses the issue of sustainability factors in health organizations. It is based on the longitudinal case study of a private psychiatric establishment founded in 1943 which is responsible for public psychiatry in the eastern sector of the Canton of Vaud, while it practices a policy of care which refers to psychoanalysis, against the current references in psychiatry which are rather neurosciences and cognitive-behavioural treatments (CBT). Following the principles of the clinical approach, a global approach of the organization is realized to understand the dynamics of the functioning of this institution and its particular make-together. In this perspective, the analysis focuses on everyday practices, both from the point of view of care (clinical practices) and management (management practices), also taking into account the historical dimension of the institution but also of the environment and psychiatry. 3 inter-related elements emerge from this analysis as the basis of the sustainability of this establishment in a recursive dynamic: - an affirmed philosophy of care rooted in humanist values, - the homology between clinical and management practices, - Interstitial management, i.e. the spaces of autonomy of the actors that are set up outside any structure and hierarchical and are based on relationships of trust. These 3 elements constitute the outline of an organizational model of sustainability that will have to be tested on a larger scale.