Analyse de la régulation de la sécurité au travail : le cas d'un chantier de construction

par Constance Guers

Thèse de doctorat en Sciences et génie des activités à risques

Sous la direction de Franck Guarnieri.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de SMI - Sciences des Métiers de l'Ingénieur , en partenariat avec Centre de recherche sur les Risques et les Crises (laboratoire) et de Université de Recherche Paris Sciences et Lettres (établissement opérateur d'inscription) .


  • Résumé

    Cette thèse décrit des phénomènes de régulation de la sécurité et de la division du travail au sein d'organisations ayant recours à la sous-traitance : la multiplication des acteurs et des régulations et ses incidences sur l'organisation et la division du travail de la sécurité. Nous avons observé des situations de travail en réseau de sous-traitance porteuses de risque organisationnel mais également de risque de santé sécurité pour les travailleurs. Nous avons aussi observé des situations conflictuelles porteuses de solutions et de coopération permettant à une organisation et une division de réaliser du travail plus fiable. Afin de traiter ces situations peu analysées, nous nous sommes appuyés sur la théorie des organisations et plus spécifiquement la théorie de la régulation sociale et avons ainsi privilégié l'étude des relations professionnelles, des négociations au sein de réunion de travail. Cette théorie initialement conçue pour analyser des organisations de type taylorienne, s'est révélée tout aussi efficace pour étudier des organisations en réseau de sous-traitance, elle nous a permis de décrire ce que peut être la sécurité ordinaire au sein d'un réseau d'entreprises. Elle nous a aussi montré que les relations de sous-traitance s'apparentent à une relation salariale classique et que nous avions sous-estimé l'impact des relations non contractuelles : à savoir les relations de cotraitance. L'objectif de ces travaux est donc de proposer une réflexion sur les transformations de l'organisation des régulations de la sécurité du et au travail et sur la place de la quasi-intégration dans ce processus. Autrement dit, c'est une réflexion sur la forme des liens sociaux qui participent à la sécurité, à l'action collective en situation de travail en réseaux

  • Titre traduit

    Analysis of the social regulation of security: from the case of a construction site


  • Résumé

    This thesis describes the phenomena of regulation of safety and the division of labor within an organization using subcontracting: the multiplication of actors and regulations and its implications for the organization and division of labor security. We observed situations of subcontracting work implying organizational risks as well as safety risks for the workers. We have also observed conflicting situations that provide solutions and co-operation allowing a more reliable organization and division of labor. In order to deal with these unfrequently analyzed situations, we have relied on the theory of organizations and more specifically on the theory of social regulations. We therefore privileged the study of labor relations, negotiations within work meetings. This theory, which was originally designed to analyze Taylorian-type organizations, has proven equally effective in studying networked subcontracting organizations; it has enabled us to describe what standard security can represent in network companies. It also showed us that subcontracting relationships are similar to traditional wage relationships and that we had underestimated the impact of non-contractual relationships: namely, co-contracting relationships. The objective of this work is therefore to propose a process of reflection on the transformations of the organization of safety regulations of and at work and how they fit in the quasi-integration in this process. In other words, it is a process of reflection on the form of social relations that contribute to security and joint action in networking situations.