Maintenir la technologie aérosol et son industrie : une enquête sur les collectifs industriels (1958-2016)

par Mathieu Baudrin

Projet de thèse en Sciences, Technologies, Sociétés

Sous la direction de David Pontille.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de EOS - Économie, Organisations, Société , en partenariat avec Centre Sociologie de l'Innovation (laboratoire) et de École nationale supérieure des mines (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2013 .


  • Résumé

    En un demi siècle, la bombe aérosol, une technologie militaire considérée à la fois comme dangereuse et luxueuse, est devenue un objet de consommation de masse. Son usage entre désormais dans des pratiques industrielles et domestiques stabilisées. L'aérosol est un objet technique composite simple : un gaz propulseur, une formule, un boîtier, une valve et une étiquette. Ces cinq éléments se combinent, créant ainsi la diversité des aérosols à usage industriel ou domestique. Cette simplicité apparente en fait un cas d'étude exemplaire. Au travers de son caractère hybride « d'emballage-packaging technique », l'aérosol met en relation des ensembles d'acteurs qui varient selon que l'on s'intéresse au contenu ou au contenant. La thèse vise à mieux comprendre comment une industrie complexe et distribuée se reconfigure, s'organise et se maintient, au fil d'une succession de controverses entourant l'objet de sa production. L'approche consiste à étudier, à partir de matériaux historiques et ethnographiques, les controverses sanitaires et environnementales que cette technologie de grande consommation a traversées entre 1950 et aujourd'hui (notamment autour des CFC). Le principal enjeu de cette recherche est de contribuer à l'analyse des intermédiaires marchands, avec l'ambition d'apporter un éclairage inédit sur les modes de régulation et les formes lobbying propres aux marchés de masse.

  • Titre traduit

    Maintaining Aerosol Technology and its Industry: an inquiry into the industrial collectives (1958-2016)


  • Résumé

    In half a century, the spray can, a military technology considered as both dangerous and luxurious, has become an object of mass consumption. Its use is now part of stabilized industrial and domestic practices. The aerosol is a simple composite technical object: propellant gas, a formula, a can, a valve and a label. These five elements combine, thus creating the diversity of the aerosols for industrial or domestic use. This apparent simplicity makes it an exemplary case study. Through its “technical packaging” hybrid character, the aerosol creates links between sets of actors who differ according to whether one is interested in the content or the container. The aim of the thesis is to gain better understanding of how a complex and distributed industry is reconfigured, organized and maintained while the controversies surrounding its production succeed one another. The approach involves the study of the health- and environmental controversies this large consumer technology went through between 1950 and today (in particular about the CFCs), on the basis of both historical and ethnographical materials. The main issue at stake in this research is to contribute to the analysis of the commercial intermediaries, with the aim of casting new light on the specific mass markets regulatory modes and forms of lobbying.