Banque de Développement et course à l'intégration physique sud-américaine : exemple du financement des transports par la CAF au Pérou

par Magaly Saenz San Martin

Projet de thèse en Economie

Sous la direction de Carlos Quenan et de Victor Guidice.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité en cotutelle avec l'Universidad nacional mayor de San-Marcos . Servicios medicos (Lima, Pérou) , dans le cadre de École doctorale Europe latine et Amérique latine (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (laboratoire) depuis le 08-12-2015 .


  • Résumé

    La thèse décrit et explique la pertinence de la stratégie institutionnelle de la CAF dans le financement des projets de transport IIRSA au Pérou depuis 2002 à nos jours. La problématique de ma thèse cherche à savoir dans quelle mesure la CAF contribue au financement de projets de transport de l’IIRSA au Pérou. L'objet de ma recherche est d'analyser la pertinence des mécanismes financiers utilisés et de l'orientation du financement priorisée par la Banque (CAF) en rapport aux objectifs économiques de l'intégration sud-américaine. Plus précisément, la thèse porte sur trois questions : premièrement, nous essayons d’expliquer quels sont les critères retenus par la CAF pour faciliter le financement; par ailleurs, de quelle façon la CAF privilégie le financement de projets des pays de «petites tailles», tel que le Pérou. Enfin, quels sont les critères économiques et politiques qui rendent compte la notion de «Insertion mondiale équilibrée». La CAF se confronte au dilemme institutionnel qui la conduit certaine fois à reformuler ses objectifs initiaux dans le financement de projets transports régionaux. Les choix de financement deviennent la mise en pratique de sa stratégie, celle qui fait appel à l’orientation du modèle d’intégration physique régionale et aux conditionnements institutionnels tels que la gouvernance de la Banque. Par ailleurs, au-delà du choix, cette thèse analyse la capacité financière de la banque à atteindre ses objectifs de financement stratégique, nous nous intéressons également aux mécanismes de financements adaptés aux investissements des infrastructures de transport régional. L'argument principal est que la stratégie de spécialisation du financement du transport régional des petits pays, tel que le Pérou, facilite son insertion économique à échelle régional, associé dans le même temps à une transformation productive et au renforcement du marché régional. Cela signifie que à l'heure actuelle l'évaluation de la CAF ne peux plus se limiter simplement à l'analyse économique quantitative des coûts et des avantages, mais elle est associée à une augmentation de nouvelles instances politiques et institutionnelles qui définissent l'agenda de l'infrastructure et qui ont besoin d'une nouvelle forme d'analyse pour les projets de transports régionaux. Les arguments empiriques mettent en évidence que l’espace géographique et les territoires qui le composent deviennent un cadre opérationnel au sein duquel s’inscrivent les aménagements et se préparent les décisions. De notre point de vue, l’évaluation de la CAF vis ¬à ¬vis d’une stratégie d'intégration physique répond à l'objectif d'une «insertion mondiale équilibrée» : d'une part, un développement commercial international, ouverture qui pourrait renforcer les vulnérabilités des pays de la région ; et d'autre part, un développement du marché intérieur régional qui inciterait la compétitivité et le perfectionnement du système productif régional


  • Pas de résumé disponible.