Evaluation de transferts monétaires saisonniers et pluriannuels pour la prévention de la malnutrition aigüe

par Audrey Papucci (Tonguet-papucci)

Projet de thèse en Sciences du vivant

Sous la direction de Jean-françois Huneau et de Patrick Kolsteren.

Thèses en préparation à Paris Saclay en cotutelle avec l'Université de Gent , dans le cadre de École doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé (2015-.... ; Paris) , en partenariat avec PNCA - Physiologie de la Nutrition et du Comportement Alimentaire (laboratoire) et de AgroParisTech (France) (établissement opérateur d'inscription) depuis le 02-02-2012 .


  • Résumé

    Au niveau international, le traitement de la malnutrition aigüe est relativement bien connu : l'OMS a publié des guides sur la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère (ou émaciation) (OMS 1999, et plus récemment ACF 2011), et un guide concernant la malnutrition aigüe modérée est en cours de formulation. En revanche, on connait étonnamment peu de choses sur les schémas préventifs de la malnutrition aigüe. En Haiti, Ruel et al (2008) ont montré que cibler des interventions nutritionnelles afin de prévenir la malnutrition infantile pouvait être plus efficace pour diminuer la malnutrition aigüe que les traitements curatifs. En outre, les récents essais de prévention effectués en contexte humanitaire se sont focalisés sur l'utilisation de stratégies fondées sur des produits alimentaires, et notamment les aliments prêts à l'emploi (Isanaka, 2009; Hendricks, 2010; Parikh, 2010; Imbad, 2011 ; Huybregts, 2012). Cependant, on sait maintenant que les causes de la sous-nutrition sont nombreuses et également liées à des pratiques de soins et de santé inadéquates, à un manque de diversification alimentaire, à une insécurité alimentaire… Dans cette optique, le projet MAM'Out vise à évaluer une approche préventive susceptible d'influer sur plusieurs facteurs de la sous-nutrition à la fois, adaptée au contexte, et non fondée sur une supplémentation alimentaire. L'objectif est de fournir des preuves et témoignages relatifs à ces approches alternatives, afin que les interventions qui auront montré leur efficacité puissent être prises en compte au niveau des politiques nationales et à une échelle plus importante. Plus spécifiquement, le projet MAM'Out a pour objectif d'évaluer des transferts monétaires saisonniers et pluriannuels (TMP), dans le cadre de filets sociaux pour la prévention de la malnutrition aigüe, en terme d'efficacité et de coût-efficacité dans la province de la Tapoa (région Est du Burkina Faso, Afrique) sur une période de 24 mois. Cette approche préventive a en effet été identifiée comme pertinente à mettre en œuvre dans ce contexte spécifique (Sambou, 2009). Le programme ciblera des foyers économiquement vulnérables avec des enfants de moins d'un an à l'inclusion, et l'argent sera distribué aux mères. Les transferts seront assimilés à des transferts inconditionnels, conduisant les bénéficiaires à faire leur propre choix quant à l'utilisation de l'argent. Cette étude sera construite sur la base d'un essai randomisé contrôlé à deux bras, fondé sur la randomisation de villages situés dans la province de la Tapoa. Un bras bénéficiera des transferts monétaires et le deuxième sera un groupe contrôle. Les résultats principaux seront l'incidence cumulative de la malnutrition aigüe et le coût-efficacité. Des mesures anthropométriques (taille, poids et périmètre brachial) seront réalisées, et des indicateurs de diversité alimentaire, de sécurité alimentaire, de fréquentation des centres de santé, de dépenses et de morbidité seront suivis. Des questionnaires et des rappels alimentaires de 24 heures seront également analysés. En outre, en se basant sur un modèle théorique construit a priori, une évaluation des chemins empruntés par les transferts monétaires afin d'avoir un effet sur la prévention de la sous-nutrition sera réalisée.

  • Titre traduit

    Evaluation of multiannual and seasonal cash transfers to prevent acute malnutrition


  • Résumé

    At international level, the WHO formulated guidelines for the treatment of severe acute malnutrition (or wasting) (WHO 1999, and more recently ACF 2011), and guidelines for moderate acute malnutrition (or wasting) are in the process of formulation. In contrast, surprisingly little is known on preventive schemes for acute malnutrition. In Haiti, Ruel et al (2008) found that targeting nutrition interventions to prevent children from becoming malnourished might be more effective than curative treatment to reduce child wasting. In addition, recent preventive trials in humanitarian settings focused on the use of food-based strategies, especially ready-to-use food (Isanaka, 2009; Hendricks, 2010; Parikh, 2010; Imbad, 2011; Huybregts, 2012). However, it is well known that the causes of under-nutrition are numerous and also relate to inadequate health and care practices, lack of food diversification, food insecurity… Therefore, the MAM'Out research project aims at assessing a context-adapted preventive approach, which is likely to influence several underlying causes of under-nutrition and not based primarily on food supplementation. The objective is to provide an evidence base for this alternative approach, in order that proven intervention be taken into account for scale-up at policy-making levels. More specifically, the MAM'Out project aims at evaluating a seasonal and multi-annual cash transfer (MCT) program in the framework of a safety net to prevent acute malnutrition, in terms of effectiveness and cost-effectiveness in the Tapoa province (East region of Burkina Faso, Africa) during 24 months. This approach has been identified as relevant to implement in this specific context (Sambou, 2009). The program will be targeted to economically vulnerable households with children less than 1 year old at the time of inclusion and the cash distributed to mothers. The transfers will be assimilated to unconditional ones, leading to beneficiaries' self-determination on the use that will be made of cash. This study will be designed as a two-arm cluster randomized intervention trial, based on randomization of rural villages of the Tapoa province. One arm will receive the intervention and one will be a control arm. The main outcomes will be the cumulative incidence of acute malnutrition (or wasting) and the cost-effectiveness. Anthropometric measures (height, weight and MUAC) will be measured, as well as indicators of dietary diversity, food security, health center frequentation, families' expenses and morbidities. Questionnaires and 24-hour food recalls will also be analyzed. Finally, based on a model theory framework built a priori, the pathways used by the cash to have an effect on the prevention of under-nutrition will be assessed.