Les bricolages mobiles et numériques des jeunes de banlieue. De l'hybridation des ressources dans les trajectoires vers l'emploi

par Hélène-marie Juteau

Thèse de doctorat en Economie, gestion, sciences sociales

Sous la direction de Christian Licoppe et de Dana Diminescu.

Thèses en préparation à l'Institut polytechnique de Paris , dans le cadre de École doctorale de l'Institut polytechnique de Paris , en partenariat avec Institut interdisciplinaire de l'innovation - Sciences Économiques et Sociales (laboratoire) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Cette thèse est consacrée aux hybridations des pratiques mobiles et numériques de jeunes de banlieue en insertion sociale et professionnelle. Il repose sur une enquête vidéo-ethnographique menée auprès de jeunes adultes, âgés de 18 à 25 ans, inscrits dans les missions locales de Saint-Denis, Villeurbanne et Marseille. Pour capturer et observer la manière dont les acteurs intègrent les technologies numériques au cours de déplacements réalisés pour la première fois, nous avons accompagné quarante-deux jeunes lors de trajets d'insertion en utilisant la technique du parcours commenté filmé par des lunettes caméra. Au cours de ces trajets inhabituels, l'activité de wayfinding prend une place centrale. Dans une perspective praxéologique, basée sur l'analyse détaillée de la combinaison des informations utiles aux déplacements, notre travail remet en cause l'idée selon laquelle les jeunes de quartiers populaires seraient moins capables de se déplacer que d'autres et que leurs pratiques numériques seraient restreintes aux problématiques d'inégalités numériques. Nous démontrons que pour mener à bien un déplacement, ces jeunes adultes produisent de multiples bricolages articulés autour de ressources spatiales coprésentes, de ressources interactionnelles et de ressources médiées par les technologies numériques. Ces articulations produisent des hybridations différentes. En exposant les habiletés de ces acteurs, la thèse révèle les épreuves situationnelles et existentielles du déplacement, qui reposent sur la capacité des jeunes à élaborer un nouveau trajet et sur leur situation socio-professionnelle compliquée. Le sens du déplacement donné par l'acteur est central pour saisir ses manières de faire. Les habiletés mobiles et numériques de l'acteur ne sont compréhensibles qu'en étant situées dans leurs contextes d'apparition, dans des pratiques et dans des projets de déplacement. C'est pourquoi les hybridations produites par notre analyse restituent ces habiletés en préservant le déroulement et la signification des déplacements.

  • Titre traduit

    Mobile and digital Bricolages of young NEET from Suburban Environments. The Hybridisation of Ressources in Spatial Trajectories to get a Job


  • Résumé

    This PhD dissertation develops an approach to the hybridisation of mobile and digital practices of suburbs citizens. This work is based on a video-ethnographic fieldwork with young NEETs, aged between 18 to 25, in three French large urban areas: Saint-Denis, Villeurbanne and Marseille. We used the go-along method subjectively filmed with camera-glasses, to capture the interactions between actors and digital devices during unusual trips. The wayfinding is the principal activity in those trips. We walked and rode with forty-two young people to companies, to training centres and to administrative facilities. With this praxeological approach, we thoroughly analysed the hybridisation in real-time and the combination of different types of travel informations. This emic perspective questions the common idea that these young people, living in poor suburbs, would have fewer skills to move in the city and to use digital devices. Our work shows that NEETs produce many bricolages that combined copresent and spatial resources, interactional resources and digital resources to manage their journey. Actors are into an hybrid do-it-yourself mobility. The articulation of all resources creates different forms of hybridisations in a travel situation, showing a range of mobile and digital skills. This dissertation brings out the importance to examine both of the situational and existential dimensions of mobility to understand how actors are able to manage unusual trips to get a job. The aim of the trip is a key to understand how actors deal with the situation of mobility. Mobile and digital abilities can be properly explored when they are situated in their spatial contexts, into general practices and in a mobility plan. That is the reason why the hybridisations, developed in the dissertation, restore actors' skills in the trip progress.