L'assouplissement quantitatif de la BCE : quels impacts sur les marchés financiers et l'économie réelle ?

par Salima Ouerk

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Catherine Lubochinsky.


  • Résumé

    Depuis la crise financière, la BCE a commencé à mener une politique monéraire expansionniste. Cette politique de taux très bas n'est plus efficace du moment où l'économie tombe dans une trappe à liquidité. C'est justement un tel environnement économique qui est décrit actuellement en Europe par plusieurs économistes. La politique monétaire de la banque centrale est donc rendue inefficace. En effet, l'abaissement des taux a sensiblement réduit la marge de manoeuvre de la banque centrale par des moyens conventionnels. En plus de la baisse des taux, d'autres mesures dites non conventionnelles ont été mises en place entre 2011 et 2012. Elles n'ont cependant pas eu l'effet escompté. Dans ce contexte, on assiste à l'apparition d'une menace déflationniste. Pour y faire face, la BCE se lance dans un programme d'achats d'actifs. Cette thèse applique les techniques économétriques les plus appropriées à l'analyse de l'assouplissement quantitatif appliqué par la BCE. A la lumière de l'expérience japonaise et américaine, nous traiterons en trois chapitres les questions suivantes : le QE est efficace ; sous quelles conditions ? par quels canaux ? Nous évaluerons la capacité de cette stratégie de politique monétaire à abaisser les tensions sur les marchés de dette souveraines européennes, à stimuler l'activité et à stopper la spirale déflationniste. Nous mettrons en avant le rôle que la politique monéraire peut jouer pour sortir de la crise, même quand le taux directeur est au plus bas. Nous traiterons également la question de l'indépendance de la BCE dans ce contexte particulier


  • Pas de résumé disponible.