Les Boucher d'Argis : une famille d'Ancien Régime au service du droit.

par Maxence Accart

Projet de thèse en Sciences juridiques

Sous la direction de Louis de Carbonnières.

Thèses en préparation à Lille 2 , dans le cadre de École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion (Lille) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    À ce jour aucune thèse ou ouvrage n'a été consacré à la dynastie de juristes Boucher d’Argis malgré leur notoriété au XVIIIe siècle et leur immense œuvre. La lignée de juristes s'étend de l'Ancien Régime avec l'avocat lyonnais Jean-Claude Boucher à son arrière arrière petit fils Adrien-Louis-Gaspard, montrant l'adaptation de la famille au droit contemporain. On compte dans la famille le père de ce dernier André-Jean-Baptiste, son aïeul Antoine-Gaspard, son bisaïeul Gaspard. Sans négliger les personnes mineures de la dynastie, la thèse portera d'abord sur les deux auteurs principaux Antoine-Gaspard et André-Jean-Baptiste. La mort du père et du fils sont quasi concomitantes (1791 et 1794), ce qui permet d'envisager l'œuvre de juristes aux multiples talents -théoriciens et praticiens- pendant le siècle des Lumières et leur participation aux controverses juridiques du dernier siècle de l'Ancien Régime. Progressistes, ils ne sont pas des auteurs révolutionnaires. Pris entre la tradition et l'avant garde juridique ils ont pu être négligés par l’historiographie. Ils n'en restent pas moins des auteurs majeurs du XVIIIe siècle tant par le volume de leur œuvre que sa portée juridique. À eux deux ils ont écrit, repris ou commenté une trentaine d’ouvrages, recueils, dictionnaires et ordonnances. S'ajoutent à cela environ quatre mille cinq cent trente notices écrites dans l'Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et également les notices écrites dans l'encyclopédie dite de Panckoucke. Ils ne sont pas polygraphes comme Jaucourt, mais des juristes qui refusent la spécialisation à outrance pour embrasser tous les domaines de la pensée juridique.


  • Pas de résumé disponible.