Nouvelles perspectives à la digestion de l'amidon et à la réponse glycémique : des digestions in vitro à une étude chez l'Homme par imagerie par résonance magnétique (IRM)

par Daniela Freitas (Da silva rosa freitas)

Projet de thèse en Sciences de la nutrition

Sous la direction de François Boue et de Xavier Maitre.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement et Santé , en partenariat avec GMPA - Génie et Microbiologie des Procédés Alimentaires - UMR INRA/AgroparisTech (laboratoire) et de institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Nous passons plus des trois quarts de notre vie dans l'état postprandial. Pourtant, une plus grande attention a été accordée à l'étude du métabolisme à jeun qu'à l'impact de l'état postprandial sur la santé. Il est prouvé scientifiquement qu'une alimentation optimale pour la santé passe par la prise en compte de l'impact glycémique des aliments au-delà de leur simple teneur en glucides. Un déterminant important de l'impact glycémique de notre alimentation est l'amidon, qui joue un rôle clé dans la nutrition humaine en fournissant jusqu'à 50% de l'apport énergétique total. S'il est établi que la cinétique de digestion des aliments riches en amidon est un élément essentiel de leur impact glycémique, les contributions de chaque étape digestive à ce processus restent un sujet de débats. Afin de mieux comprendre les facteurs qui peuvent influencer la réponse glycémique aux aliments riches en amidon, et d'identifier de nouvelles stratégies pour atténuer leur impact glycémique, il est essentiel d'élargir notre compréhension du processus digestif de l'amidon. Cette thèse visait à étudier la digestion de repas riches en amidon (pain et pâtes), à réévaluer la contribution l'amylase salivaire à l'aide de digestions semi-dynamiques in vitro, et à mener une étude chez l'Homme pour déterminer l'effet de boissons (jus de citron et thé) sur : la réponse glycémique au pain, l'apport ad libitum, et la digestion gastrique étudiée par imagerie par résonance magnétique (IRM). Nos résultats apportent une base scientifique à l'élaboration d'une stratégie simple et efficace pour réduire la réponse glycémique aux aliments riches en amidon dans des repas de tous les jours.

  • Titre traduit

    Novel insights into starch digestion and the glycaemic response: from in vitro digestions to a human study using magnetic resonance imaging (MRI)


  • Résumé

    All of us spend over three quarters of our lives in the postprandial state. Still, more attention has been dedicated to the study of the fasting metabolism than to the impact of the postprandial state on health. Scientific evidence supports that an optimum diet for health requires consideration of the glycaemic impact of foods in preference to consideration of carbohydrate content alone. An important determinant of the glycaemic impact of our diets is starch, which plays a key role in human nutrition, supplying up to 50% of the total energy intake. If it is clear that the digestion rate of starch-rich foods is an important determinant of their glycaemic impact, the contribution of each digestive stage to this process remains controversy. To better understand the factors that can influence the glycaemic response to starch-rich foods, and to identify new strategies to attenuate the glycaemic impact of starch-rich diets, it is essential to expand our understanding of the digestive process of starch. The aims of this PhD were to study the digestion of starch-rich meals (bread and pasta), to reevaluate the contribution of salivary amylase using semi-dynamic in vitro digestions, and to conduct a human study to determine the effect of drinks (lemon juice and tea) on: the glycaemic response to bread, ad libitum intake, and gastric digestion assessed by magnetic resonance imaging (MRI). Our results provide scientific rationale for the development of a simple and effective strategy to reduce the glycaemic response to starch-rich foods in everyday-life meals.