Etude physico-chimique de textiles archéologiques exceptionnellement préservés sous forme minéralisée

par Jiayi Li

Projet de thèse en Chimie

Sous la direction de Loïc Bertrand et de Pierre Galtier.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Interfaces : approches interdisciplinaires, fondements, applications et innovation , en partenariat avec IPANEMA - Plateforme européenne matériaux anciens (laboratoire) , SdR : Sécurité des Réseaux (equipe de recherche) et de université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Dans un grand nombre de contextes archéologiques, les textiles sont rapidement dégradés et, de fait, sont très peu connus. Dans des contextes bien particuliers, au contact d'objets métalliques, ils peuvent être partiellement préservés jusqu'à plusieurs milliers d'année sous une forme dite « minéralisée » et sont d'une valeur patrimoniale inestimable. Ces mécanismes de conservation, comparables à des fossilisations exceptionnelles, comme l'exploitation qui peut en être faite pour mieux connaître les technologies anciennes associées demeurent en grande partie incompris. Dans le domaine de l'Orient ancien, ces vestiges constituent presque exclusivement les seuls témoins matériels d'une production textile par ailleurs bien connue d'après les textes cunéiformes. Dans le cadre de ce travail, nous proposons de caractériser les phases organiques (fibres) et minéralisées (métal) pour reconstruire le processus de conservation de ces vestiges d'une valeur patrimoniale inestimable. Ce projet s'inscrit dans la continuité d'un stage de master au même sujet de PATRIMA mené entre IPANEMA, les musées du Louvre et du Quai Branly. Il vise à développer le potentiel archéologique et muséographique de vestiges textiles minéralisés. Il explorera plus particulièrement les approches non-invasives s'appuyant sur des méthodes d'imagerie de rayons X rapides (tomographie 3D, scans 2D) et de photoluminescence UV, développées dans le cadre d'IPANEMA et de PATRIMEX « scan rapide ».

  • Titre traduit

    Physicochemical studies of exceptionally-mineralised archaeological textiles


  • Résumé

    The archaeological record of cellulosic textiles is extremely scarce due to rapid degradation of cellulose after burial. Fortunately, several sites delivered exceptionally- (though often only partly) preserved textiles remains, which bring invaluable knowledge about past societies. In the Ancient East, these textiles remain provide unique evidence of textile production, otherwise only known from cuneiform texts. These Ancient Near East textiles were recovered from archaeological contexts in contact with metal objects that allowed their “mineralization”. “Mineralization” mechanisms, in many ways comparable to exceptional fossilization (i.e. when fossil soft-tissues are replicated in minerals), remain a largely unknown phenomenon while it allows an in-depth documentation and understanding of ancient textile technologies. We will study a set of artefacts from the Mesopotamian and Indus areas (metal piece recovered by linen and textile fragments) conserved at le musée du Louvre and le musée du Quai Branly. By coupling several techniques (micro-tomography, X-ray fluorescence and diffraction mapping, IR, photoluminescence UV-Visible etc.) at the micro-scale, we propose to investigate the phase distribution within and around copper-based archaeological linen textiles, and to verify the preservation of organic matters (cellulose) from the original textile.