Epidemiologie moléculaire de la leptospirose dans les îles de l'océan Indien : analyse philogéographique et environnementale

par Leon Biscornet

Projet de thèse en Biologie moléculaire

Sous la direction de Pablo Tortosa et de Koussay Dellagi.

Thèses en préparation à La Réunion , dans le cadre de École doctorale Sciences, Technologies et Santé (Saint-Denis, La Réunion) , en partenariat avec Pimit (laboratoire) depuis le 01-03-2014 .


  • Résumé

    La leptospirose est la plus fréquente des zoonoses au niveau mondial. Les incidences annuelles les plus élevées sont rapportées dans les systèmes insulaires tropicaux, en particulier aux Seychelles qui occupent le premier rang mondial. Aucune donnée moléculaire n’est disponible aux Seychelles où cette pathologie a été investiguée à ce jour par des approches exclusivement sérologiques. La thèse s’intègre dans le cadre d’un projet plus vaste, acronyme LeptOI visant à identifier les déterminants de la maladie à travers (i) une analyse épidémiologique des cas incidents humains, (ii) une analyse phylogéographique des leptospires basée sur une large collecte réalisée dans l’ensemble des îles du SOOI, (iii) l’étude écologique d’un réservoir naturel majeur (Rattus spp.) une approche géospatiale visant à corréler le taux d’infection du réservoir au type de territoire. Le travail réalisé dans le cadre de cette thèse permettra d’une part de déterminer aux Seychelles les prévalences et génotypes des leptospires isolées chez les Rattus spp. et aussi de déterminer les génotypes isolés dans les échantillons humains. L’ensemble de ces données sera compilé aux données spatiales et moléculaires obtenues dans les autres îles de l’Ocean Indien dans le cadre du programme LeptOI

  • Titre traduit

    Molecular epidemiology of Leptospirosis in the South Western Indian Ocean islands : phylogenetic and Environmental analysis


  • Pas de résumé disponible.