Étude interactionnelle et multimodale de la simulation haute fidélité en santé : description locale des compétences interactionnelles des professionnels de la santé et approche longitudinale d'une formation.

par Lucien Tisserand

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Luca Greco.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) depuis le 15-10-2015 .


  • Résumé

    Cette thèse s’intéresse aux pratiques de simulation haute fidélité (SHF) dans le domaine de la santé. Son principe général est de reproduire, dans un contexte “simulé” (une “vraie” salle de soin dans laquelle le patient est en fait un mannequin), une situation de travail pour qu’une équipe de stagiaires puisse évoluer dans celle-ci selon leurs routines de travail habituelles. On appelle cette situation l’accomplissement d’un “scénario”. Pendant le scénario, les stagiaires sont observés par les formateurs dans une cabine de pilotage et ceux-ci produisent des commentaires en direct. Ils sont également observés par les autres stagiaires par vidéo-retransmission. Suite au scénario, la performance des stagiaires est ensuite débriefée par les formateurs et les autres stagiaires. Ainsi un des objectif de la formation en SHF est d’apprendre à une équipe de professionnels à débriefer eux-mêmes des conduites d’organisation et de communication qu’ils ont tenues dans leur environnement de travail. Pour conduire ces débriefings, formateurs et stagiaires utilisent comme ressources des notions de type “règles de conduite” qui font partie d’un ensemble de compétences appelées “compétences non-techniques”. Ainsi nous avons un objet d’étude complexe de par l’enchaînement d’événements de parole radicalement distincts (scénario, observation, débriefing) et de par l’utilisation de plusieurs types de ressources (routines, outils, logiciels de pilotage, la performance du scénario comme ressource pour d’autres interactions, les notions de compétences “non-techniques”...) afin de mener à bien cette activité où le langage est central. L’approche théorique de cette thèse est celle de l’analyse conversationnelle multimodale d’inspiration ethnométhodologique. Elle utilise principalement la méthodologie de l’analyse séquentielle et de la contextualisation ethnographique afin de montrer comment les participants mobilisent des formes langagières et multimodales spécifiques de manière intelligible, et aussi de manière formulable, afin de conduire l’activité de SHF, et ce dans tous les événements de parole impliqués. Les objectifs analytiques se découpent en deux axes analytiques: 1) un premier axe dit “descriptif” documente des ensembles de pratiques interactionnelles participant à la structure globale de chaque événement de parole distinct; 2) un second axe dit “longitudinal” construit des corpus et outils analytiques qui mettent en évidence ce qui est effectivement appris par les stagiaire à travers l’enchaînement des événements de parole différents. Dans l’axe descriptif, on s’attache dans un premier temps à décrire l’organisation interactionnelle multimodale des professionnels de la santé en scénario. Nous considérons que le contexte de SHF est l’occasion de documenter des pratiques de travail que l’AC a rarement pu étudier à cause de la nature sensible du terrain qui serait impliqué en situation réelle. Dans un second temps, il s’agit de distinguer les pratiques qui sont spécifiquement mises en place pour gérer le dispositif du simulateur haute fidélité en scénario. Ce second temps permet l’identification de biais, positifs ou négatifs. Le troisième objectif est de décrire l’organisation locale et globale des débriefings, en ce que ceux-ci sont dirigés par les formateurs expérimentés qui reproduisent une organisation basée sur un agenda. Dans l’axe longitudinal, il s’agit de conduire des analyses qui reconstruisent une trajectoire longitudinale à deux niveaux. Le premier niveau de trajectoire est celui de la session (le briefing, le scénario, son observation et son débriefing). Nous analysons comment le briefing précédant un scénario apporte des éléments pertinents pour le scénario, tout pendant que les stagiaires, participant à construire un cadre “réel”, commencent le scénario en faisant comme si un briefing n’avait pas eu lieu avant. Entre le scénario et son observation, nous analysons les détails des interactions entre stagiaires qui constituent une ressource pour une formulation/évaluation de la part des formateurs. Entre l’observation et le débriefing, nous montrons également comment l’agenda du débriefing se construit pendant l’observation. Entre le scénario et le débriefing, nous montrons comment les activités passées sont reformulées et transformées dans une forme narrative pour remplir les objectifs propre à l’activité de débriefing. Le second niveau de trajectoire est celui de la formation. Les sessions de simulation s’enchaînent, et les stagiaires réutilisent au fil d’une formation des pratiques précédemment attestées et validées dans les sessions précédentes. Cette continuité s’ observe à toutes les étapes d’une session. Lors du scénario, les stagiaires suivant vont exhiber des règles de conduites thématisées précédemment, ils vont également montrer une meilleure appropriation du dispositif. Lors du débriefing, les stagiaires et formateurs vont réutiliser des points thématisés et des formats interactionnels utilisés dans les débriefings précédents, montrant ainsi leur maitrise de l’exercice du débriefing. Afin d’accomplir ce travail analytique, nous choisissons de travailler sur un corpus constitué d’une formation qui est organisée sur une journée entière dans le cadre d’une formation continue pour un public DPC. Celui-ci a l’avantage de représenter une unité réelle pour ces stagiaires qui repartent à la fin de la journée. Les formations étant thématiques et avec des objectifs d’apprentissage ciblés, le corpus a également l’avantage d’être propice à l’étude longitudinale et à l’étude par collection. Enfin, et c’est un pré-requis pour l’analyse, ce corpus permet au chercheur de déformer la notion d’unique adequacy en devenant un membre compétent d’une “journée de formation” plutôt qu’un membre compétent “du corps médical et paramédical” ce qui serait plus difficilement envisageable.


  • Pas de résumé disponible.