Machines de guerre et Appareils d’État : sociologie historique des forces armées à Madagascar

par Josie Dominique

Thèse de doctorat en Etudes politiques

Sous la direction de Rémy Bazenguissa et de Solofo Randrianja.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Institut d'études politiques Madagascar , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales , en partenariat avec Paris, EHESS (établissement de préparation de la thèse) depuis le 10-12-2015 .


  • Résumé

    Notre travail de recherche se propose de faire une sociologie historique des forces armées pour comprendre les relations civilo-militaires prévalant à Madagascar. Ces forces contribuent, tout autant, à y instituer les pouvoirs politiques qu’à les défaire. Pour saisir cette tension, nous avons choisi de nous inspirer de l’approche relative à la théorie de la machine de guerre et de l’appareil de capture de Gilles Deleuze et de Félix Gattari. Pour ce faire, notre principal hypothèse pose que, depuis le XIXe siècle que l’Etat se forme et se reproduit dans la confrontation entre son appareil de capture et les différentes machines de guerre. Nous proposons de tester cette hypothèse sur trois cas qui sont : premièrement, la situation des guerriers Mainty, serviteurs royaux et premiers fonctionnaires militaires et la conquête de Madagascar par l’armée royale de Madagascar au XIXe siècle ; deuxièment, la non reconnaissance des forces armées malagasy tirailleurs par l’État dans la guerre insurrectionnelle de 1947; troisièment, la formation des officiers à l’Académie militaire d’Antsirabe. À partir du traitement spécifique de ces trois cas, des intelligibilités générales seront construites pour nous permettre de modéliser les relations civilo-militaires qui prévalent depuis le XIXe siècle. À travers l’analyse des continuités et les ruptures de cette histoire militaire, la thèse éclaircit le lien des forces armées malgaches à l’appareil d’État en partant de l’époque précoloniale jusqu’ à la période républicaine actuelle. Ce travail de recherche s’appuie sur des documents d’archives récoltées en France et à Madagascar, ainsi que des données empiriques recueillies suite à des séries d’entretiens avec des officiers militaires.

  • Titre traduit

    War Machines And State Apparatus : historical Sociology Of The Armed Forces In Madagascar


  • Résumé

    Our research work aims to develop a historical sociology of the armed forces in order to understand the civil-military relations prevailing in Madagascar. These forces contribute as much to the establishment of political powers as they do to their defeat. To understand this tension, we have chosen to draw inspiration from the approach relating to the theory of the war machine and the capture device of Gilles Deleuze and Félix Gattari. To do this, our main hypothesis is that, since the 19th century, the State has been forming and reproducing itself in the confrontation between its capture apparatus and the various war machines. We propose to test this hypothesis on three cases: first, the situation of Mainty warriors, royal servants and first military officials and the conquest of Madagascar by the Royal Army of Madagascar in the 19th century; second, the non-recognition of the Malagasy armed forces by the State in the insurrectional war of 1947; third, the training of officers at the Antsirabe Military Academy. Based on the specific treatment of these three cases, general intelligibilities will be built to allow us to model the civil-military relations that have prevailed in Madagascar since the nineteenth century. Through the analysis of the continuities and ruptures of this military history, our research clarifies the link between the Malagasy armed forces and the State apparatus from the pre-colonial period to the current republican period. This research work is based on archival documents collected in France and Madagascar, as well as empirical data collected following a series of interviews with military officers.