Le minyanka parlé dans le cercle de Bla : une description phonologique et morphosyntaxique

par Sékou Coulibaly

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Injoo Choi-Jonin et de Valentin Feodosʹevič Vydrin.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences du langage (Paris ; 2019-....) , en partenariat avec Laboratoire des langues et civilisations à tradition orale (Villejuif, Val-de-Marne) (laboratoire) depuis le 16-11-2015 .


  • Résumé

    Le minyanka est une langue sénoufo qui a plusieurs dialectes. Cette thèse est un essai de description de la variété du minyanka parlée à Pénesso, dans le cercle de Bla (sud-est du Mali). Cette variété se distingue des autres parlers minyanka décrits à ce jour (ceux de Karangasso, de Yorosso et de Mpessoba) par les trois aspects suivants : (i) sur le plan phonologique, elle est caractérisée par l’absence de consonnes labio-vélaires (kp, gb, ŋm) et par la présence de consonnes fricatives laryngales (h, ɦ) ; (ii) sur le plan tonal, à la différence des autres parlers minyanka déjà décrits qui sont considérés comme ayant 3 tons (haut, moyen et bas), celui de Pénesso n’en a que 2 (haut, bas) plus le downstep ; (iii) sur le plan morphologique, contrairement aux autres parlers minyanka qui ont 8 suffixes nominaux de classe et 8 classes d’accord, celui de Pénesso a 8 suffixes nominaux et seulement 6 classes d’accord. Au niveau de la morphologie verbale, le minyanka de Pénesso manifeste certaines propriétés observées généralement dans les langues sénoufo : (i) l’aspect et le temps sont exprimés par des marqueurs prédicatifs qui se placent immédiatement après le sujet ; (ii) la plupart des verbes ont 2 formes : perfective (utilisée pour des procès bornés) et imperfective (utilisée pour des procès non bornés). Au niveau de la syntaxe, le minyanka, à l’instar des autres langues sénoufo, a souvent recours à des constructions sérielles pour exprimer des actions qui sont généralement encodées par un seul verbe dans les langues non sérialisantes. La labilité est un phénomène très répandu en minyanka, car près de la moitié de ses verbes sont labiles. Comme les autres langues sénoufo, le minyanka dispose de 2 conjonctions distinctes (à ‘et.DS’ et má ‘et.SS’) pour exprimer respectivement le changement et l’identité du sujet dans les propositions coordonnées.

  • Titre traduit

    The Minyanka dialect of the Bla region : a phonological and morphosyntactic description


  • Résumé

    Minyanka is a Senufo language which has several dialects. The present dissertation aims to describe the Minyanka dialect spoken in Penesso, a village of the Bla region, in southeastern Mali. This dialect differs from other Minyanka dialects already described (those spoken in Karangasso, Yorosso and Mpessoba) by the three following features: (i) at the phonological level, the Penesso dialect is characterized by the absence of labio-velar consonants (kp, gb, ŋm) and by the presence of fricative laryngeals (h, ɦ); (ii) in terms of tonology, unlike the Karangasso, Yorosso and Mpessoba dialects, which are said to have three tones (high, mid and low), the Penesso dialect has only two tones (high, low) plus downstep; (iii) from a morphological point of view, the Penesso dialect has 8 noun class suffixes and only 6 agreement classes, while other Minyanka dialects have 8 noun class suffixes and 8 agreement classes. In terms of verbal morphology, the Penesso dialect displays some features which are generally found in other Senufo languages: (i) aspect and tense are expressed by predicative markers which immediately follow the subject; (ii) most verbs contrast two forms: perfective (used for bounded actions) vs. imperfective (used for non-bounded actions). At the syntactic level Minyanka, like other Senufo languages, makes frequent use of serial verb constructions to express events which are generally encoded by a single verb in non-serializing languages. Lability is a widespread phenomenon in Minyanka affecting almost half of its verbs. Finally, like other Senufo languages, Minyanka contrasts two coordinators (à ‘and.DS’ vs. má ‘and.SS’) encoding respectively switch-subject vs. same-subject in coordinated clauses.