Governmentality in pakistan : a study of Council of Islamic Ideology (1956-1988)

par Mansoor Ahmed

Projet de thèse en Histoire et civilisations

Sous la direction de Michel Boivin.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 09-11-2015 .

  • Titre traduit

    Gouvernementalité au pakistan : une étude du Conseil d’ideologie islamique (1956-1988)


  • Résumé

    Le Pakistan est né après que l'autorité britannique ait cessé d'exister dans le sous-continent indien dans la nuit du 15 août 1947. Le territoire du Pakistan a été renommé "la République islamique du Pakistan" le 23 mars 1956, après la promulgation de sa première constitution. L’adjectif « islamique » ajouté son nom devait incité les gouvernements à employer des registres spécifiques impliquant l'utilisation de l’Islam pour gouverner la population. En conséquence, la constitution de 1956 créa la « Islamic Law Commission » (Commission des lois islamiques) pour recommander des mesures législatives pour donner naissance à une société islamique, et examiner les lois existantes. Après l'abrogation de la constitution en 1958, la constitution suivante rédigée par le gouvernement militaire du général Ayub Khan en 1962 a transformé cette « Islamic Law Commission» (la Commission de la Loi islamique) en un « Advisory Council of Islamic Ideology » (Conseil consultatif de l’idéologie islamique) avec les mêmes missions. Après l'abrogation de cette constitution en 1969, la constitution de 1973, rédigée par le gouvernement élu de Zulfikar Ali Bhutto et qui est toujours en vigueur, l'a modifié en un « Council of Islamic Ideology » (Conseil de l‘idéologie islamique) avec de nouvelles missions. Actuellement, le conseil of de l’idéologie islamique est une organisation constitutionnelle permanente et sa mission principale est d’examiner la conformité des lois avec le Coran et la Sunna, et recommander des mesures devant être promulguées comme des lois pour promouvoir le mode de vie islamique dans le pays. Le conseil envoyait ses recommandations aux gouvernements successifs « confidentiellement » jusquen 2005, date à laquelle elles sont devenues publiques. Ces rapports fournissent d’une part un aperçu des questions auxquelles la société fut confrontée au cours de la période concernée, et ils fournissent d’autre part des données pour examiner la « mentalité » cachée des gouvernements successifs en relation avec la mise en œuvre d’une politique islamique. Cette étude met également à jour les causes de la persistance du conseil dans les constitutions successives, son évolution en tant qu’institution, et le rôle joué par le Conseil de 1956 à 1988 dans la gouvernementalité. La période choisie pour l'étude est significative dans le sens où les Pakistanais avaient hésité entre le gouvernement indirectement élu du Président Iskander Mirza, le gouvernement militaire du Général Ayub Khan avant d’élire finalement le gouvernement de Zulfikar Ali Bhutto avec le slogan de « socialisme Islamique » démis de ses fonctions par le général Zia ul Haq, autoproclamé « le soldat de l'Islam ». Cette étude s’appuie largement sur les comptes rendus du Conseil, en contrastant ses recommandations avec les législations qui ont été promulguées au nom de l’Islam, sur les archives de presse et les débats de l’assemblée législative. Elle conclut que l'existence du Conseil et son évolution en tant qu’institution montrent que le type de gouvernementalité qui utilisait l'Islam était semblable sous tous les gouvernements, indépendamment du fait qu'ils aient été directement élus, indirectement élus, ou bien des dictatures militaires. Elle démontre par ailleurs que les recommandations du Conseil ont non seulement joué un rôle important dans les législations qui ont été promulguées par les gouvernements successifs, mais qu’elles ont aussi eu un impact profond sur la cohésion même de la société pakistanaise dans les années qui ont suivi.


  • Résumé

    Pakistan came into being after the British rule ceased to exist in the Sub-continent at the night of August 15, 1947. This dominion of Pakistan was later renamed as ‘Islamic Republic of Pakistan’ on 23 March 1956 after the promulgation of its first indigenous constitution. This adverb Islamic to its name aspired from its governments to govern through specific registers which involved the use of Islam to govern population. Consequently, the constitution of 1956 provided the Islamic Laws Commission to recommend such measure that can be given legislative effect to make society Islamic and examine the existing laws. After abrogation of said constitution in 1958, the next constitution drafted by the military government of General Ayub Khan in 1962 renamed this body as Advisory Council of Islamic Ideology with likewise duties. After the abrogation of this constitution in 1969, the present constitution of 1973 drafted by the elected government of Zulfikar Ali Bhutto renamed it as Council of Islamic Ideology with further increased duties. Presently Council of Islamic Ideology is a permanent constitutional body, and its duties are to examine the repugnancy of laws in the lights of Quran and Sunnah and recommend measures to be promulgated as legislations to promote Islamic way of life in the country. It used to send its recommendation to the respective governments ‘confidentially’ until 2005 when its earlier report since its creation were declared public formally. These reports on the one hand provide a glimpse into the issues faced by the society during those years and further provide an insight to look into the hidden mentality of respective government to govern through the politics of Islam. The study traces the causes of its persistence in the constitutions, evolution as an institution, and the role played by the Council from 1956 till 1988 in governmentality. The period selected for the study is significant in the sense that, Pakistan had vacillated between indirectly elected government of President Iskander Mirza, to military government of General Ayub Khan and elected government of Zulfikar Ali Bhutto with the slogan of ‘Islamic socialism’ to the military government of General Zia ul Haq, self-called ‘soldier of Islam’. This study draws extensively on the proceedings of the Council by contrasting its recommendations with the legislations that were promulgated on the name of Islam, newspaper archives and the legislative Assembly debates. It concludes that the existence of the Council and its evolution as an institution shows that governmentality of using Islam was alike during all the governments irrespective of the fact that they were directly elected, indirectly elected or the military governments. It further concludes that the recommendations of the Council played not just an important role in the legislations that were promulgated by the different governments but also impacted the basic fabric of the society in the following years.