Poétique de l'écoute : des expériences théâtrales en ateliers aux mouvements de la parole dans les œuvres de Didier-Georges Gabily et Kateb Yacine

par Charlotte Guennoc

Projet de thèse en Littératures françaises et francophones

Sous la direction de Serge Martin.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (Paris) (laboratoire) depuis le 25-11-2015 .


  • Résumé

    Cette thèse propose d’interroger l’écoute comme notion poétique et critique. Elle articule une pratique et une poétique de l’écoute, l’hypothèse étant qu’il n’y aurait d’écoute sans une pratique de celle-ci par la voix et de son prolongement dans les œuvres. A partir d’ateliers de théâtre qui ont constitué le terrain de recherche pour la thèse, et à partir d’un corpus d’œuvres théâtrales, romanesques et poétiques qui se concentre autour de deux auteurs, Kateb Yacine et Didier Georges Gabily, on cherche à conceptualiser deux notions : écoute et mouvement de parole. La mise en tension de ces deux pans théoriques de la thèse vise à montrer que l’écoute est une reconnaissance des énonciations qui font l’œuvre littéraire (Rabaté, 1999 ; Martin, 2014).

  • Titre traduit

    Poetics of listening : from theatrical worshop experiences to the movements of speaking in Didier-Georges Gabily's and Kateb Yacine's works


  • Résumé

    This thesis proposes to question listening as a poetic and critical notion. It articulates a practice and a poetics of listening, the hypothesis being that there would be no listening without a practice of it by voice and its extension in the works. From theater workshops that constituted the research ground for the thesis, and from a body of theatrical, romantic and poetic works that focuses on two authors, Kateb Yacine and Didier Georges Gabily, we seek to conceptualize two notions: listening and movement of speaking. The stressing of these two theoretical sections of the thesis aims to show that listening is a recognition of the enunciations that make the literary work (Rabaté, 1999, Martin, 2014).