Alfred, Henry et Louis Dauvergne (1851-1937) : Expansion et réussite familiale d'une agence d'architectes.

par Olivier Prisset

Projet de thèse en Doctorat d'Histoire de l'Art

Sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 21-09-2015 .


  • Résumé

    Interrogeant trois figures d'une dynastie d'architectes, cette thèse traite de la tension créative entre les pratiques architecturales provinciale et parisienne dans la seconde moitié du XIXe siècle. Explorant la pratique des architectes départementaux, de leur formation à l'école des Beaux-arts de Paris, jusqu'à la fin de leurs fonctions officielles, entre budgets contraints, subtilités locales, lourdes réglementations nationales et délicate gestion des réseaux de clientèle. Cette étude questionne ainsi les moyens mis en œuvre par la famille Dauvergne pour consolider l'emprise de son agence départementale tout en s'ouvrant à la clientèle parisienne. À cet égard, la figure de Louis Dauvergne illustre le cas d’une famille dont la puissante assise départementale permettait d’installer l’un des siens à Paris où il fut amené à produire pour une riche clientèle européenne, avant d’atteindre à son tour à la commande publique. Entre 1851, début de la carrière d'Alfred Dauvergne et 1937, date de la mort de son second fils, l'architecture européenne a connu de profonds bouleversements et a vu se succéder ou s’affronter plusieurs courants esthétiques et doctrinaux auxquels s'ajoutent les évolutions sociales et techniques de la période. Les carrières entremêlées de ces trois architectes, par l’emboîtement de leurs échelles ainsi que par l’ampleur et l’équilibre de leurs dimensions publiques et privées, laïque et religieuse, s'appuyant sur des budgets d'ampleur variables, offrent l'opportunité exceptionnelle de mieux comprendre ces mutations.


  • Pas de résumé disponible.