La lecture chez Marcel Proust

par Kentaro Oshima

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Mireille Naturel.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle (Paris) (laboratoire) depuis le 21-09-2015 .


  • Résumé

    La présente étude se consacre à l’analyse et la synthèse des idées de Marcel Proust dans ses différentes œuvres pour une meilleure compréhension globale de la théorie de la lecture de Proust. Dans la première partie, nous tenterons d’examiner minutieusement tous les textes où Proust représente la pratique de la lecture ou aborde le sujet de la lecture. C’est par la naissance de la notion de « lecteur de soi même » que se voit perfectionnée la théorie de la lecture proustienne au centre de laquelle se trouve l’idée que la liberté d’interprétation d’un public contribue à la recréation du sens. Alors que l’écrivain découvre les vérités universelles et les cristallise dans l’œuvre, le lecteur perfectionne leur sens. Le travail de transformation et de recréation par les lecteurs contribue à développer l’essence des vérités et des beautés de l’œuvre et à mettre à jour leur dimension universelle, de telle sorte qu’elles réapparaissent devant chaque lecteur comme intérieures à lui-même. Nous souhaitons aborder dans la deuxième partie la façon dont Proust juge la réalité de la lecture publique moderne, envisage d’établir la relation avec ses lecteurs et s’engage dans l’entreprise d’orienter ou contrôler leur lecture au sein du champ littéraire. La stratégie littéraire proustienne dont la priorité est avant tout d’accroître son lectorat et de conquérir la légitimité littéraire s’explique par l’idée que la création du sens du texte littéraire se fait par la collaboration entre l’écrivain et le public lecteur.

  • Titre traduit

    Reading in Marcel Proust’s work


  • Résumé

    The present study is devoted to the analysis and synthesis of various Marcel Proust’s ideas in all his works for the better overall understanding of Proust’s theory of reading. In the first part, we will try to examine carefully all the texts in which Proust represents the practice of reading or approaches the subject of reading. It is by the birth of the notion of "self-reader" that Proust's theory of reading is perfected, at the center of which is the idea that the freedom of interpretation of a public contributes to the recreation of meaning. As the writer discovers universal truths and crystallizes them into the work, the reader perfects their meaning. The work of transformation and recreation by the readers helps to develop the essence of the truths and beauties of the work and to update their universal dimension, so that they reappear before each reader as internal to himself. In the second part, we want to discuss how Proust judges the reality of modern public reading, considers establishing relations with his readers, and engages himself in the business of orienting or controlling their reading in the literary field. The Proustian literary strategy whose priority is first of all to increase its readership and to conquer literary legitimacy is explained by the idea that the creation of the meaning of the literary text is done by the collaboration between the writer and the reading public.