Rhétorique et politique dans les "Librorum deperditorum Fragmenta" d'Aristote avec présentation, édition, traduction, annotations et commentaire des fragments relatifs à la rhétorique, à l'éthique et à la politique.

par Vincent Aluze

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Alonso Tordesillas.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Cognition, langage, éducation (356) .


  • Résumé

    La thèse examine la relation de la rhétorique, de l'éthique et de la politique dans les fragments des œuvres perdues d'Aristote, et la recherche porte plus largement sur le lien de cette relation avec l'ensemble de la philosophie d'Aristote. Cette étude tente donc de savoir si Aristote, par opposition à ses prédécesseurs, est bien « l'inventeur » de la rhétorique – à laquelle il confère le rang de technique avec une méthode et un objet propres dans le traité éponyme – dès ses premières œuvres de jeunesse, ou bien si sa conception a évolué au cours du temps. Ce faisant et en considérant les aspects éthico-politiques des ces œuvres perdues, l'examen discute les grandes hypothèses interprétatives qui ont été proposées à ce sujet pour soutenir la thèse d'une cohérence de la pensée d'Aristote plutôt que celle d'une évolution. L'étude comporte deux grands moments. Le premier consiste en l'édition, la traduction parfois inédite en langue française, et l'annotation des fragments des Librorum deperditorum relatifs à la rhétorique et la politique, avec la présentation des apparats critiques correspondants. Le second se consacre à l'examen de la cohérence de la pensée aristotélicienne au moyen du commentaire des fragments et de leur comparaison aux œuvres des sophistes (Protagoras, Gorgias, Isocrate, Lycophron), de Platon (Gorgias, Phèdre) et des traités aristotéliciens. Pour ce faire, le travail propose une étude lexicale du vocabulaire employé par Aristote, une analyse philosophique de certains concepts importants (andreia, eleutheriotês, eugeneia, metron, orgê, phronêsis) justifiée par leur emploi dans les fragments et le reste du Corpus aristotelicum, et une exégèse d'ensemble.

  • Titre traduit

    RHETORIC AND POLITICS IN ARISTOTLE'S « LIBRORUM DEPERDITORUM FRAGMENTA » WITH PRESENTATION, EDITION, TRANSLATION, ANNOTATIONS AND COMMENTARY OF FRAGMENTS RELATING TO RHETORIC, ETHICS AND POLITICS


  • Résumé

    The thesis investigates the relationship between rhetoric, ethics and politics in the fragments of Aristotle's lost works, and more globally its relation in Aristotle's entire philosophy. This study intends to understand if Aristotle, in opposition to his predecessors, is the « inventor » of the rhetoric – to which he awards the value of technique with a proper methodology and object in the eponym treatise – from is early years works, or if his conception of it evolved in time. In doing so, and considering the ethico-political aspects of these lost works, the thesis discusses the main interpretative hypothesis that have been proposed on this subject in order to support the theory of Aristotle's thought consistency, more than its evolution. The study stands in two main parts. The first one consists in the edition, the translation sometimes unprecedented in French language, and the annotation of Librorum deperditorum's fragments related to rhetoric and politics, including the corresponding critical apparatus. The second inspects the consistency of Aristotle's thought using the fragments' comments and in comparison to the works of the sophists (Protagoras, Gorgias, Isocrates, Lycophron), of Plato (Gorgias, Phaedrus) and of the aristotelian treatises. To proceed, a lexical study of the vocabulary used by Aristotle, a philosophic analysis of a few main concepts (andreia, eleutheriotês, eugeneia, metron, orgê, phronêsis) justified by their presence in the fragments and the rest of the Corpus aristotelicum, and a comprehensive textual exegesis have been undertaken.