De l'écrit à l'oral : démarche pour la redécouverte des savoirs de la pratique modale improvisée du mālūf traditionnel tunisien. Analyse de trois corpus d'istikhbār pour la détection des formules modales et l'étude de leur parenté

par Myriem Lakhoua

Projet de thèse en Musique, histoire et société


Sous la direction de Marc Chemillier et de Simha Arom.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 27-11-2001 .


  • Résumé

    Cette thèse s'interroge sur la nature du fossé qui existe entre la théorie et la pratique du mālūf tunisien suite à sa transcription dans le cadre de la Rašīdiyya, au début du 20ème siècle. Elle décrit le contexte dans lequel s'est transformée cette musique orale, à la base improvisée, en une musique écrite, apprêtée, presque figée. Nous redécouvrons à travers les entretiens réalisés avec des musiciens appartenant à une génération charnière entre oral et écrit et maitrisant l'art de l'improvisation modale, les savoirs liés à cette pratique. Cette thèse propose d'abord une démarche pour la mise en place d'une méthode d'analyse appropriée à l'istiḫbār (une forme modale improvisée), en s'inspirant de la démarche analytique d'un auditeur averti. Dans un deuxième temps, la méthode d'analyse formulaire proposée est appliquée sur un corpus d'istiḫbār -s didactiques de Muḥammad Sʿāda. Elle aboutit à une description formulaire des modes tunisiens et l'étude de leur parenté. Enfin, ce manuscrit aborde à travers une démarche expérimentale, l'étude des processus de modulation et met à jour les techniques d'improvisation indissociables à la pratique modale du mālūf . Le protocole expérimental élaboré et soumis au Maître Nāṣir Zġunda a permis de constituer un corpus d'istiḫbār permettant l'aboutissement de cet objectif.

  • Titre traduit

    From written to oral : approach for the rediscovery of Tunisian mālūf's improvised modal practice through the analysis of the 3 corpus form of istikhbār


  • Résumé

    This thesis examines the nature of the gap between the theory and practice of Tunisian mālūf following its transcription in Rašīdiyya at the beginning of the 20th century. It describes the context in which this improvised oral music was transformed into a written music, primed, almost frozen. We rediscover through interviews with musicians belonging to a generation hinged between oral and written and mastering the art of modal improvisation, knowledge related to this practice. This thesis proposes an approach for the implementation of an appropriate method of analysis for istiḫbār (an improvised modal form), inspired by the analytical approach of an informed listener. In a second step, the proposed formula analysis method is applied to a set of teaching istiḫbār of Muḥammad Sʿāda. It leads to a description formula of Tunisian modes and the study of their relationship. Finally, this manuscript deals with an experimental approach, the study of modulation processes and updates improvisation techniques indissociable to the modal practice of mālūf. The experimental protocol elaborated and submitted to the Master Nāṣir Zġunda made it possible to constitute a corpus of istiḫbār allowing the achievement of this objective.