Questions raciales, genre, sexualité et classes sociales chez Beyoncé, Rihanna et Nicki Minaj.

par Pierre Antona

Projet de thèse en Doctorat Langues vivantes Anglais

Sous la direction de Georges Guilbert.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 27-11-2015 .


  • Résumé

    Cette thèse de Doctorat en Études anglophones (Civilisation américaine) se propose d’analyser et déconstruire les discours apparemment contradictoires véhiculés par les œuvres de trois chanteuses représentatives de la culture populaire dominante aux États-Unis actuellement. Ces artistes polymorphes, extravagantes et souvent provocantes (et ce apparemment plus qu’à des fins strictement mercantiles), à travers des jeux de personae sont occupées à bousculer l’ordre établi de l’hégémonie patriarcale hétéronormée, et troubler la société dominante, blanche, en termes de race, genre, sexualité et classes sociales. Elles semblent notamment s’insurger contre les différents diktats sociétaux pesant sur la représentation du féminin noir. Il s’agira donc de jauger l’équilibre entre stratégie marketing et subversion. Nous tenterons de considérer ces trois artistes sous l’angle du flottement sémiotique et des divers effets de brouillage de pistes concernant la perception qu’en a le public. Ainsi, nous nous demanderons si par le prisme de la saturation d’images paradoxales, oscillant entre esthétique « lisse » et transgression, ces chanteuses parviennent à bousculer les clichés qui pèsent sur la population noire américaine, en particulier dans le contexte de la culture hip-hop, traditionnellement masculiniste. Nous tâcherons de nous pencher sur la dimension de la célébration, l’émancipation et la prise de pouvoir de la femme dotée d’agentivité qui entend bien prendre en mains les rênes de son destin et servir de rôle modèle à toute une génération. Cette analyse critique se servira de courants de pensée variés, dans le sillage des Cultural Studies et des Gender Studies, principalement situés entre féminisme et théorie queer, qu’il conviendra néanmoins de compléter par d’autres courants tels que le womanism et la théorie quare. Nous parlerons dans ce travail de recherche en American Studies de désidentification et d’intersectionnalité.


  • Pas de résumé disponible.